« La mémoire aux oiseaux » d’Ingrid Chabbert et Soufie

Par défaut

La mémoire aux oiseaux

d’Ingrid Chabbert, illustrations de Soufie

Ed Des ronds dans l’O, 2012.

Voilà une très belle grand-mère. Elle a une robe de chambre rose assortie à ses pantoufles, oui mais elle sort avec. Elle ne le fait pas exprès, elle oublie. Elle oublie le prénom de sa fille, de son petit-fils et cela le rend triste. C’est lui le narrateur, avec sa voix et son vocabulaire d’enfant. Il raconte que la mémoire fait défaut à cette grand-mère qu’il aime tant. Cette situation le rend triste et encore plus triste quand il s’aperçoit que sa grand-mère l’est aussi. Alors toute la famille prend soin d’elle.

Ingrid Chabbert réussit à travers cette histoire courte et facile à sensibiliser le jeune lecteur sur la perte de mémoire, la maladie d’Alzheimer qui touchent beaucoup de personnes. Avec beaucoup de sensibilité, de tendresse et d’humour elle aborde le sujet de la maladie dans cet album destiné aux plus jeunes. L’auteure arrive à faire ressortir de manière très claire l’attitude bienveillante des enfants et leur attirance vers les personnes âgées. Elle délivre un message sur les rapports intergénérationnels.

Soufie renforce et complète la narration avec des illustrations courbes, rondes aux couleurs douces et pastels. Les attitudes sont justes, les mouvements adaptés à la situation et à l’âge des personnages, le trait est précis.

Cette histoire fera écho à de nombreuses personnes, aux plus jeunes comme à leurs parents et pour tout cela je donne un gros coeur à cette note de lecture.

Thierry B.

Advertisements

Les commentaires sont fermés.