Archives de Catégorie: Albums

« L’attrape-lune » de Séverine Vidal et Barroux

Par défaut

attrape-lune.jpgL’attrape-lune

Séverine Vidal, illustrations de Barroux

Ed. Mango jeunesse, 2016.

Voilà une belle histoire de transmission, écrite par Séverine Vidal et merveilleusement illustrée par Barroux. Une histoire avec un chapeau rouge qui voyage dans le temps et que l’on retrouve comme fil (rouge) conducteur. Une histoire de rêves, d’aventures, de sentiments…

Un très bel album soigné avec une page de garde au début et une feuille roue à la fin pour fabriquer ton petit chapeau rouge. Celui de papy. Celui que l’on transmet….

Thierry B.

« Monstre rose » d’Olga de Dios

Par défaut

monstrerose

Olga de Dios

Ed. Winioux, 2015.

Olga de dios est une jeune auteure-illustratrice espagnole, son album, Monstre rose a été édité en 2013 par les éditions espagnoles Apila, aujourd’hui les éditions Winioux le propose en français pour notre plus grand plaisir. Monstre rose est rose depuis avant sa naissance, il vit dans un monde où tout est uniforme. Il s’ennui ! Il décide de partir à la recherche d’un autre monde, moins uniforme. C’est là que l’aventure commence. Pour feuilleter « Monstre rose » par ICI !

Comme toujours les éditions Winioux propose un album de qualité aussi bien sur le fond que la forme. Un album à proposer dès le plus jeune âge.

Thierry B.

« Okilélé » de Claude Ponti

Par défaut

okileleOkilélé

Claude Ponti

Ed L’Ecole des Loisirs, 1999

Voici le livre qui m’a le plus marqué depuis mes débuts dans la profession en 1986 :

J’ai reçu « Okilélé » comme un uppercut au creux de l’estomac.

L’enfant qui ne correspond pas à la norme, que les parents emmurent dans son trou… tout cela dans un livre pour enfants !

Puis vient pour le héros le temps de l’aventure, de la découverte du monde, des expériences qui peu à peu forgent l’être humain, le poussent à se connaître.

Et enfin, le retour à la famille, sans acrimonie ni esprit de revanche.

A la suite d’Okilélé, la lecture des « Pieds bleus » m’a emplie d’admiration pour ce parcours de vie : c’est, sur toute la ligne une victoire de la sensibilité et de l’intelligence sur la bêtise et la violence.

Florence G.

« Carabouille le maladroit » de Marie Tibi et Mélie Lychee

Par défaut

carabouille1Carabouille le maladroit

Marie Tibi, illustrations de Mélie Lychee

Ed La pimpante, 2015.

Carabouille semble maladroit et étourdi. Il tartine de mayonnaise son pain au petit déjeuner. Il se coiffe avec sa brosse à dent. Il met une chaussette rouge et une autre bleue. Il renverse la corbeille papier en rentrant dans la salle de classe. Sa maman, l’enseignante sont agacées. Ses  camarades de classe se moquent de lui. Sa maman décide de consulter le médecin. Le diagnostic tombe : Carabouille n’est pas malade, il a simplement besoin d’une paire de lunette pour corriger sa vue.

Cet album est illustré de façon simple et colorée. Les illustrations sont réalistes et en parfaite adéquation avec le texte. De jolies pages de garde tout en sparadrap, carrés de gaze, tube de crème et onomatopées en « Aïe, Boom » qui renforcent la maladresse de ce Carabouille le maladroit.

Vous l’avez compris, cet album, au format à l’italienne et souple, aborde le thème de la vision chez l’enfant. Comment ne pas passer à côté d’un simple défaut de vision. Comment rester vigilant quand on est un adulte face à ses comportements. Comment les décrypter. Les éditions La pimpante ont fait appel à deux partenaires pour la commercialisation de cet ouvrage : Kids optic et l’association Afpssu .

La pimpante est un éditeur de région basé à Arles.

Thierry B.

« Kalil » de Michaël Escoffier

Par défaut

kalilKalil

Michaël Escoffier

Ed Frimousse, 2015

Sous forme de fable, Michaël Escoffier propose une histoire courte qui se conclu par une morale sans détours ni ambages. Le graphisme est épuré, les illustrations de couleur blanche calligraphiées à l’image de la première de couverture sont rectilignes. Elles sont présentées sur un fond noir. Rehaussées par des touches de couleurs. Un album sobre, structuré, peut-être un peu trop abrupt .

Thierry B.

kalildoublepage

« Sous le jardin » de Stéphanie Guérineau et Coralie Saudo

Par défaut

souslejardinSous le jardin

Stéphanie Guérineau, illustrations de Coralie Saudo

Ed Frimousse, 2015.

Noé creuse au fonds du jardin, il creuse, creuse et trouve des araignées, des limaçons…  Il creuse, creuse et trouve des tas de choses… Il creuse, creuse et se retrouve nez à nez avec un alaskien !!!

Un très joli album pour les tout-petits, pour comprendre que la terre est ronde, que tous les êtres sur terre peuvent vivre ensemble. Une ouverture à l’allemande qui amplifie l’action de creuser, la profondeur du trou et le chemin parcouru.

Thierry B.

« Ma tête ailleurs » de Séverine Vidal et Pauline Comis

Par défaut

têteailleursMa tête ailleurs

Séverine Vidal, illustrations de Pauline Comis

Ed Kilowatt, 2015.

Albert, un petit garçon, étourdi, n’arrive pas à se concentrer. D’un coup, malgré d’énormes efforts, son esprit divague, il s’évade, sa tête est ailleurs. Il part dans un monde où il s’invente des histoires et vit des épopées fantastiques. Un jour il emmènera avec lui, Anna. A deux c’est mieux pour divaguer !

Ce n’est pas la première fois que Séverine Vidal parle d’un trouble du comportement. Déjà dans « Une girafe un peu toquée » elle abordait ce sujet avec brio.

Pauline Comis matérialise par un fil de couleur bleu l’esprit d’Albert qui part. Ce fil prend des formes différentes au gré de son imagination et de ces mondes. Il permet de suivre ses divagations. Des illustrations tout en rondeurs et circonvolutions.

Thierry B.