« La bulle des secrets » de Sophie Benastre

Par défaut

bulledessecrets

La bulle des secrets

Sophie Benastre

Ed Oskar, 2014.

Paul, un adolescent, s’est introduit chez son voisin, un retraité d’une soixantaine d’année. Ce dernier le retrouve chez lui à son retour d’un jogging. Il veut le mettre à la porte, mais Paul est perspicace et le convainc de l’écouter. Commence un huis clos entre ces deux personnages qui mène le lecteur au plus profond de l’intimité de leur vie. Les deux personnages se livrent mutuellement ou du moins c’est Paul qui pousse Pierre-Yves dans ses retranchements. Le vernis craque, ils dévoilent une vie de blessures, de non-dits, de chagrins, de regrets… Une histoire émouvante, des personnages touchants, sensibles et attachants. La vie est un long fleuve tranquille !

Thierry B.

« Ronde comme la lune » de Mireille Disdero

Par défaut

rondecommeluneRonde comme la lune

Mireille Disdero

Ed Seuil, 2015

Dans son dernier roman, Mireille Disdero raconte l’histoire de Saskia, une adolescente mal dans sa peau. Elle est ronde, pour elle grosse, pour les autres énorme. Elle est ronde car elle mange…trop. Ses parents la font suivre par un nutritionniste et un psychologue. Elle, camoufle de la nourriture  partout où elle peut et le soir, elle grignote. Un jour, au collège, elle est harcelée par un camarade. Ses parents la change d’établissement. Plus tard au lycée le harcèlement recommence, Est-ce le même individu ?

Mireille Disdero, à travers l’histoire de Saskia, nous livre l’histoire de tous les mal être des adolescentes et des adolescents. Une histoire qui ne peut être linéaire. Une histoire chaotique, complexe, touchante, qui reflète les morceaux de vies de ces ado. L’auteure a un vrai talent pour capter, cerner et dépeindre ce monde complexe de l’adolescence toujours avec bienveillance, jamais avec complaisance. Un roman optimiste, à lire… absolument.

Thierry B.

Sophie Adde chez La Fiancée du Pirate

Image

expoAdde

« A la folie » de Birgitte Lorentzen

Par défaut

alafolieA la folieescapades

Birgitte  Lorentzen, traduit du danois par Hélène Hervieu

Ed Bayard, collection Millezime

Sélection Prix Incorruptibles 2015 dans la catégorie 5ème – 4ème

Luisa pense devenir folle : l’image obsédante d’une petite fille hante ses nuits et, la fatigue aidant, des hallucinations commencent à perturber ses journées. Jusqu’au jour où Thomas lui parle de cette enfant qu’il voit aussi. Problème : même s’il est terriblement séduisant, Thomas est avant tout catégorie P, dite « Section Psychose » regroupant des élèves ayant connu des difficultés psy de toutes sortes. Une catégorie de bannis unanimement considérés par les autres lycéens comme des débiles dangereux. Luisa va néanmoins devoir faire appel à Thomas car les manifestations s’aggravent et la question principale reste : troubles mentaux ou apparitions ? Immédiatement suivie de celle, cruciale : comment y remédier ? En se faisant aider, en clair abrutir à coup de psychotropes, ou en tentant de comprendre l’appel de cette enfant  pour l’aider, elle, quitte à faire appel à un médium des plus douteux?

Malgré quelques clichés (notamment le trop séduisant garçon qui, par sa différence, représente l’attrait du danger et de la transgression), ce roman fantastique habilement construit parvient à éveiller la curiosité et maintenir l’attention du lecteur. La fiction repose sur un subtil équilibre entre suspense et gravité, ainsi qu’une réelle ambiguïté quant à l’état mental des deux jeunes gens. Le dénouement ménage par ailleurs une surprise très émouvante.

Nous pouvons retrouver Luise dans L’île interdite, paru en août dernier dans la même collection, qui prolonge A la folie. Malheureusement, l’intrigue y est paresseuse et s’embourbe dans les clichés, les personnages sont réduits à des caricatures et le lecteur s’ennuie, un comble dans le genre fantastique. Une fois encore, nous vérifions que les suites ne sont pas toujours bienvenues.

Marie H.

« Le ciel d’Anna » de Stian Hole

Par défaut

le ciel d'AnnaLe Ciel d’Annaescapades

Stian Hole

Ed Albin Michel Jeunesse, 2014

Stian Hole nous offre encore un album magnifique, aux couleurs chatoyantes, aux connotations heureuses et cependant au contexte bien triste. Le livre s’ouvre sur une pluie de clous, car comme dit papa « ça n’aurait jamais dû se passer comme ça ». La mère d’Anna est enterrée aujourd’hui et le père d’Anna , rempli de chagrin, ne veut pas arriver en retard. Mais qu’importe les cloches de l’église qui sonnent l’heure de l’enterrement, Anna prend son temps, fait de la balançoire, sent, respire, regarde le vol des hirondelles qui révèle la recette de la tarte aux fraises, contemple d’une façon sereine les affaires de sa mère disparue. Et le palindrome « rêver », premier mot de l’album va prendre toute sa puissance puisqu’Anna va entraîner son père, rongé par la peine, dans une rêverie colorée et un voyage dans l’au-delà. Tous deux, affublés d’une paire d’ailes fragiles, y rencontrent des figures disparues. Grâce à cette traversée légère et rassurante, Anna libère son père du poids du chagrin. Cet album est comme une caresse réconfortante, celle qu’Anna dépose sur la joue de son père souriant, à la dernière page du livre. Il ne pleut plus des clous à la dernière page de garde, non, nous fermons ce superbe album sur une pluie de fraises.

cieldanna1

Stian Hole aborde toujours dans ses albums des thèmes existentiels qui amènent une discussion entre l’adulte et l’enfant parce qu’un album peut se lire à deux. Ici Anna questionne son père sur Dieu et l’au-delà. Dans l’univers imaginaire de l’enfance les questions restent en suspens mais semblent plus rassurantes une fois posées.

Et si vous-même avez encore des questions, profitez de la venue de Stian Hole ce week-end à Draguignan, à l’occasion des Escapades littéraires, pour avoir quelques réponses…probablement pas sur Dieu, mais au moins sur la réalisation de son album !

cieldanna2

Il sera à la chapelle de l’Observance ce vendredi 17 avril à 10h pour une rencontre puis à 17h pour un atelier illustration et collage (sur réservation au 04 96 12 43 40 ou 06 32 50 91 76) puis le dimanche 19 avril à 11h30 pour une dernière rencontre. Ne vous affolez pas si vous ne parlez pas un mot de norvégien, Jean-Baptiste Coursaud sera présent pour tout vous traduire !!

Virginie D.

« Nuages » une installation plastique

Par défaut

Mimi Contesse fait planer de gros nuages sur la Médiathèque d’agglomération à Draguignan. Elle ennuage petits et grands jusqu’au 17 mai. Les nuages volent, virevoltent, s’accumulent dans l’espace. Des nuages de rêves, de bonheur, d’amour, d’art. Des nuages avec des perles de pluie qui brillent au soleil, se reflètent du sol au plafond. Cette installation plastique, « Nuages » est accompagnée de déambulations ennuageuses, musicale, loufoque, littéraire, artistique…. vendredi 17 avril à 16h30 et samedi 18 avril à 11h30. Samedi à 15h30, un éclair de spectacle percera ces nuages. Tout au long de la période, chacun d’entre vous est invité à venir se faire photographier… »La tête dans les nuages » !!!

Thierry B.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Les vieux fourneaux » de Wilfried Lupano et Paul Cauuet

Par défaut

vieux-fourneaux-tome-1-ceux-qui-restentLes vieux fourneaux : Tome 1 Ceux qui restent. ( 2014 )
Scénario de Wilfrid Lupano, dessins de Paul Cauuet
Ed Dargaud
Pierrot, Mimile et Antoine, trois papis rock n’ roll et amis d’enfance, sont réunis lors de l’enterrement de Lucette, la femme de ce dernier. Après une soirée hors du temps à ressasser le passé , Antoine se rend chez le notaire puis, sans explication, s’empare d’un fusil et file en Toscane à la recherche d’un certain Garan Servier, propriétaire d’un empire pharmaceutique… Et c’est parti ! Pierrot et Mimile se lancent alors dans un road trip
complètement barré pour empêcher Antoine de commettre l’irréparable…
Wilfrid Lupano , LE scénariste du moment nous régale encore et toujours avec un scénario sans faille . Les personnages sont attachants,les dialogues drôles et percutants à la Audiard. Au dessin, Paul Cauuet nous enchante avec un trait semi-réaliste qui épouse parfaitement le caractère des personnages .
Récompensé par le Fauve d’Angoulême prix du public Cultura 2015, l’album est une réussite totale, à lire et relire sans modération. Ces vieux fourneaux sont à la bande dessinée ce que les tontons flingueurs sont au cinéma. Culte !
Flavien.C