A la découverte de « Contes en vrac », un blog autour du conte

Par défaut

Julien Desseaux est bibliothécaire, il est passionné depuis toujours par les contes traditionnels. Il savoure particulièrement leurs parodies, détournements… Son blog, « Contes en vrac« , se veut un recensement, le plus exhaustif possible de leurs variations. N’hésitez pas à lui transmette des remarques, suggestions… Il s’efforcera au mieux d’y répondre.

contesenvrac

« Contes en vrac » peut vous servir de référence pour vos achats, vos recherches. Il balai la production papier et numérique, il s’attarde sur les différents genres de contes, il distille des informations précieuses, il déniche des pépites…

La présentation est soignée, le propos très professionnel, l’analyse fine et concise, un petit bijou que je vous invite à découvrir.

Bonnes lectures de « Contes en vrac« .

Thierry B.

« Différents » de Maryvonne Rippert

Par défaut

différentsDifférents

Maryvonne Rippert

Ed Jacques André, 2014

Agathe est en seconde, une jeune fille classique qui habite dans une banlieue cossue de Lyon. Elle se trouve banale. Comme beaucoup d’ado elle pense être transparente aux yeux des autres… « inconsistante ». Mais voilà, Will, un bel américain, arrive en milieu d’année scolaire et va changer la donne. A sa grande surprise, Agathe est choisie par cet Apollon pour l’aider à se repérer dans les méandres du lycée. Ce rapprochement a un retentissement sur ses relations avec les autres filles qui l’acceptent dans leur cercle très fermé. Agathe tombe amoureuse, ce n’est pas aussi simple qu’elle l’espérait car Will lui révèle son homosexualité.

Par ailleurs Agathe entretient, depuis sa plus tendre enfance, des relations complices et amicales avec Achille d’Aurère, son voisin octogénaire. Ce dernier est propriétaire d’une très belle demeure du XVIIème siècle avec un immense parc boisé et fleuri dont il prend soin chaque jour. Un jour, Achille accueille son ami, Lazlo, patriarche d’une famille tzigane… le parc de la jolie demeure est envahi par les nombreuses voitures et caravanes. Quels liens peuvent-ils unir Achille et Lazlo ? Cette situation crée des tensions dans le quartier et révèle aux yeux d’Agathe l’intolérance et la cruauté des voisins.

En quelques jours Agathe voit sa vie transformée, les incidents s’enchainent, les révélations se succèdent, l’amour survient… « La carapace de l’enfance se fissure« .

Dans ce roman initiatique, Maryvonne Rippert traite, avec justesse et délicatesse,  le sujet de la différence, de la tolérance et de l’Amitié. Elle nous emmène à réfléchir sur les préjugés et à nous poser la question : comment aurai-je agi à leur place ? En quelques semaines de la vie de cette adolescente, l’auteure aborde une histoire d’amour, d’amitié et un versant peu connu de l’histoire de la déportation.

Ce roman était paru chez Magnard, collection Tipik en 2005. Maryvonne Rippert a récupéré les droits, l’a réécrit, il paraît aujourd’hui chez Jacques André Editeur, une édition de la région lyonnaise.

Cathy B.

Bibliographie sur la Grande Guerre 14-18

Par défaut

dedieu1418

« Depuis ses origines, l’écriture de la Grande Guerre se place sous le signe contradictoire de l’indicible et de l’exigence de transmettre. […] Les écrivains qui racontent la Première Guerre mondiale aux jeunes lecteurs d’aujourd’hui héritent de cette difficulté et de cette exigence. » (Isabelle Guillaume). 

C’est plus que jamais aux enfants qu’il appartient de s’approprier cette littérature. Aux professionnels, il incombe de favoriser la rencontre avec les œuvres les plus significatives. Ces derniers ont en outre la délicate mission d’ajuster la nécessaire distance entre fiction et réalité historique. On ne saurait s’enfermer dans l’univers fictionnel sans chercher à confronter leur contenu avec de véritables traces du passé.  

Dans cette bibliographie sélective, nous espérons guider les lecteurs dans leurs choix et faciliter leurs recherches pour que ces lectures soient appréciées à leur juste valeur. Vous trouverez des romans, des albums, de la bande-dessinée et des documentaires, parfois certains titres ne sont plus édités, mais se trouvent dans une médiathèque. Du patrimonial « Bécassine et la Grande Guerre » au très récent « 14-18 une minute de silence à nos arrière-grands-pères courageux » de Thierry Dedieu, en passant par « Flon-Flon et Musette » d’Elzbieta, nous vous invitons à un voyage au cœur de la Grande Guerre dans le cadre de la mission centenaire 14-18.

Pour découvrir la bibliographie réalisée par le réseau des Médiathèques de la Dracénie, cliquez ce le lien :  biblio Grande guerre

Thierry B.

« Tache d’encre » de Stéphane Millerou et Quitterie Laborde

Par défaut

tachedencreTache d’encre

Stéphane Millerou, illustrations de Quiterie Laborde

Ed Les P’tits bérets, 2014

Nous sommes en 1914, Dans une classe de village, le maître d’école explique à ses élèves la guerre. Dans le village, les hommes, les pères  partent les uns après les autres au combat. Quand ils reviennent, ils sont blessés, mutilés, éclopés, cassés. La guerre dure, nous sommes en 1915. Le maître d’école part à la guerre, il est remplacé par une femme. Les femmes travaillent dans les champs, à l’usine. En 1916, seules les lettres apportent un certain réconfort pour ceux qui les reçoivent. En 1917 rebondissement avec l’entrée en guerre des USA. Le 11 novembre 1918, l’armistice est signé. Les enfants du village retrouvent leurs pères et le maître d’école. Le père d’Emile ne rentre pas. Sa mère recevra une lettre dans laquelle son mari lui explique qu’il ne reviendra certainement pas de la guerre car son régiment a refusé de se battre. Avec ses mots il demande à sa femme : « Fais-moi le plaisir de dire à Emile que son père est mort pour la paix. » Il signe Déserteur François Grouvel.

C’est la première fois, dans un album de littérature de jeunesse, que le sujet de la désertion est abordé. L’auteur n’a pas choisi ses mots par hasard, il termine ainsi son album par « la paix ». Très bel album qui permet d’aborder avec les plus jeunes le conflit de la Grande Guerre.

Thierry B.

Projet participatif d’une bibliothèque au Togo

Par défaut

Les habitants de Djagblé au Togo attendent leur bibliothèque !

Depuis 2012, le COBIAC (Collectif de bibliothécaires et d’intervenants culturels) en partenariat avec le Groupement Sichem et M.A.S. (Méditerranée Afrique Solidarité) a contribué à la création d’une bibliothèque dans le sud est du Togo.

Afin de contribuer à la création d’une 2ème bibliothèque, dans le canton de Djagblé, un appel à financement participatif  sur ulule est lancé jusqu’au 18 décembre 2014.

Si vous ne souhaitez pas effectuer une contribution en ligne, vous avez également la possibilité d’adresser un chèque, qui viendra augmenter la cagnotte, libellé à l’ordre du COBIAC à l’adresse suivante : 210, chemin de Granet 13090 Aix-en-Provence.

Nous vous remercions de votre contribution solidaire.

En cliquant découvrez le Flyer Togo vous pouvez l’imprimer et le diffuser le plus largement

Thierry B

Membre du COBIAC

« Edmond » d’Ingrid Chabbert et Guridi

Par défaut

edmondEdmond

Ingrid Chabbert, illustrations de Guridi

Ed Frimousse, 2014

Edmond est un animal dont l’auteure ne nomme pas la race. Il est seul, il vit caché dans les hautes herbes, il  montre le bout de son nez de temps en temps. Un jour, il découvre un œuf blanc, aussi blanc qu’Edmond est noir. Il cherche longtemps à qui il appartient. Il ne trouve personne, alors il le couve. Et puis, enfin, un oiseaux éclot… Edmond fond d’amour pour lui, il joue avec lui… Un jour l’oisillon s’envole avec sa mère…

Ingrid Chabbert, nous offre un livre plein de tendresse, de douceur. Elle attire l’attention sur la pudeur des sentiments. En filigrane du récit apparaît la maternité, la quête de la mère, celle du père et la séparation. Une écriture sensible, tout en nuance et subtilité.

Magnifiquement illustré par Raul Guridi, un illustrateur sévillan dont je découvre le travail. Sur son site, ce n’est pas son premier travail pour la jeunesse, on y trouve « Barbe bleue », un petit chaperon rouge détourné… et « Le singe roi ». Dans ce dernier titre, sur la première de couverture apparaît une créature qui a les même traits qu’Edmond. Peut-être la patte de Guridi, l’avenir nous le dira certainement.

Thierry B.

« Qui suis-je ? » de Nathalie Paulhiac

Par défaut

quisuisjeQui suis-je ?

Nathalie Paulhiac

Ed Winioux, 2014

De petit format carré, c’est la dernière parution des éditions Winioux. Qui suis-je ? présente les émotions contradictoires que chacun peut éprouver. Les illustrations et le texte sont en regard sur la double page : « Un jour je suis triste » sur la page de droite, « Un jour je suis gai » sur celle de gauche. Et ainsi se déroule le propos au long des pages. L’utilisation des couleurs entre dans le processus de la contradiction, couleur froide / couleur chaude. Celle du vocabulaire également. Une belle transcription des émotions. A la fin de l’album, pour répondre à la question : « Et toi ? Qui es-tu aujourd’hui ? », les éditions Winioux invitent les jeunes lecteurs à glisser un dessin dans une enveloppe et à leur envoyer. Ce dessin sera publié en ligne sur le site Winioux.

Nathalie Paulhiac a effectué ses études en illustration à l’Académie Royale des Beaux-Arts,. Les 3 années d’étude prévues se sont transformées en 11 années de vie bruxelloise et c’est toujours à Bruxelles qu’elle vit et travaille… Son univers poétique et ludique est fait de petits bouts de papiers découpés, de taches non désirées et de fonds colorés. Touche-à-tout de nature, elle aime bricoler,  » bidouiller  » des objets et c’est ainsi qu’elle créé avec une amie des Beaux-Arts un projet totalement dédié à l’artisanat : Le super marché de ta mère Atelier/Galerie à Bruxelles. Elle partage maintenant son temps entre l’animation d’ateliers créatifs pour enfants, l’illustration et l’organisation de marchés de créateurs.

Thierry B.