Archives de Tag: chat

« Katz, journal d’un chat » de Del et Ian Dairin

Par défaut

katzKatz, journal d’un chat

De Del et Ian Dairin

Editions Makaka

9782917371459

Les planches gag avec pour sujet principal un chat malin, gourmand, paresseux, retors, maladroit,  gaffeur, ça marche toujours. Si vous aimez la gente féline et l’humour bon enfant à la Boule et Bill, vous pouvez vous jeter sur ce titre les yeux fermés. Son graphisme simple et rond parlera à tous les enfants,  et son petit format souple comme son papier velouté en font un album agréable à feuilleter. Tome premier d’une série annoncée, Katz a fait ses débuts dans le magazine Spirou et pourrait bien devenir la prochaine star des cours de récréation.

Il est possible de voir certaines planches du prochain album sur le site des éditions Makaka

Marie H.

Publicités

« Salut chat » d’Ezra Jack Keats

Par défaut

Salut chat

Ezra Jack Keats

Anne-Marie Chapouton pour la traduction

Ed Flammarion, 1976

Suite à l’édition en français de « Un garçon sachant siffler » par les éditions Didier jeunesse, nous avons cherché d’autres ouvrages d’Ezra Jack Keats. Grâce à notre collègue de la Médiathèque de Callian, Graziella T., nous vous proposons de découvrir ou redécouvrir pour les plus anciens et/ou passionnés « Salut chat » un original de 1976 !

C’est un épisode de l’histoire de David, ce petit garçon noir, qui arpente les rues de son quartier de New-York. Dans cet album, il rencontre un chat et le salut. Il continue son chemin, rencontre sa bande de copains, s’amuse avec eux, fait le pitre, met en scène des personnages et voilà que le chat surgit, bondit poursuivi par le chien… « Ca aurait été formidable sans cet idiot de chat, dit Pierre tandis qu’ils rentrent chez eux. Ah, quel pot de colle, cet animal ! soupire David. »

On retrouve dans cet album toute la simplicité des histoires d’Ezra Jack Keats, on s’émerveille devant les illustrations. Des illustrations qui restent d’une jeunesse, qui n’ont pas pris une ride presque 40 ans plus tard. Cela traduit la modernité et l’avant-gardisme de l’auteur.

Je vous laisse fouiller dans les catalogues des Médiathèques, les librairies, les bouquinistes pour découvrir « Salut chat » ou d’autres ouvrages d’Ezra Jack Keats !

Thierry B.

« Theferless » d’Anne Herbauts

Par défaut

Theferless

Anne Herbauts

Ed Casterman, 2012.

Je vais essayé de vous présenter le dernier album d’Anne Herbauts, Theferless. L’histoire d’une famille et du temps qui passe. Le temps ou bien « les temps » comme aime à les appeler Anne Herbauts. Tout commence par une double page sans texte, dans la forêt sombre et profonde une maison rouge, un chemin en forme de huit . Le 8 couché comme symbole de l’infini qui pourtant encercle la maison rouge et ses habitants. Arrive le texte seul, sans illustration sur une double page blanche. Il installe la situation, le père, la mère, la vieille, l’enfant (que l’on verra grandir au fil des pages pour signifier encore plus que le temps passe), le chat (Moby Dick avec ses 2 poissons dans le ventre) et la mort. Habitudes, routine, saisons et le temps qui passe lentement rien ne vient à l’encontre du quotidien de cette famille. La mort est présente,  elle attend avec la très vieille. Elle fait partie du quotidien, de la vie. Elle est représentée joyeuse, une fleur sur la tête, sur une double-page sans texte à la manière des peintures d’Amérique Latine.

Un jour, le chat (Moby Dick avec ses 2 poissons dans le ventre) revient de la chasse avec une hirondelle dans sa bouche. L’hirondelle vit encore et la mère-Giron va en prendre soin pendant l’hiver et la sauver.

« Dans le pli de mars, le printemps apparut. L’hirondelle s’éveilla et secoua ses ailes. Je suis Theferless. Je vous remercie infiniment pour vos soins et votre hospitalité »

Avec l’hirondelle c’est l’arrivée de la couleur bleu, bleu du ciel, bleu de la mer, bleu sombre, profond, la couleur de l’entre-deux qui déborde sur la tranche du livre comme une incitation à aller encore plus loin. Tous sont sortis, sauf la mort qui reste sur le seuil, pour assiter au départ de Theferless. Tous sont dehors, sauf la mort, pour profiter du bleu du ciel, des étoiles, de la vie. La dernière double-page illustrée emporte le lecteur vers le bleu, vers le temps, vers les temps, vers la vie, vers la mort.

Si l’adage veut que « L’hirondelle ne fait pas le printemps« ; souhaitons que Theferless, l’hirondelle, d’Anne Herbauts fasse le printemps de la littérature de jeunesse.

Thierry B.

Chatroom, une conférence d’Hélène Romano

Par défaut

Chatroom, une conférence d’Hélène Romano

Vendredi 30 mars 2012, à 19h30

Auditorium A. de Saint-Exupéry Centre Culturel Saint-Raphaël

Hélène Romano, psychologue clinicienne, offrira aux adolescents et aux adultes un espace de parole et d’échange sur les enjeux de l’utilisation des réseaux sociaux et les conséquences éventuelles. Cette conférence s’inscrit dans un cycle autour de CHATROOM, la pièce de théâtre (représentation mardi 27 mars à 20h30 au Palais des congrès) et le film (projection mardi 3 avril au cinéma Le Lido).Chacun pourra parler librement de ses impressions suite au visionnage de Chatroom mais aussi de sa propre expérience afin de mieux comprendre ces pratiques.

CHATROOM de Enda Walsh c’est l’histoire puissante d’un acte ultime de rébellion adolescente ! Plongez dans le monde exclusif de six ados au rythme de la cyber-convivialité ! C’est réussi et terriblement lucide, dérangeant aussi, mais teinté d’un bel espoir. Six jeunes dialoguent sur le net, dans la fausse convivialité d’un site de « chat » Entre chaque échange où jamais les comédiens ne se regardent, comme fixés à leur écran, la techno fuse, la danse libère les corps et les images défilent. Les mécanismes de la séduction et de la domination y sont approchés avec délicatesse. La comédie, d’abord légère, devient dramatique. La tension est palpable et nous tremblons avec eux de l’horreur qui se dessine…

Hélène Romano a un parcours éloquent :
– Psychologue référente de la Cellule d’Urgence Médico-Psychologique du Val de marne 
SAMU 94 – CHU Henri Mondor, Créteil
– Psychothérapeute de la consultation spécialisée de psychotraumatisme
du CHU Henri Mondor, Créteil
– Chercheur en psychologie clinique
– Vice Présidente du Comité de Protection des Personnes Ile de France IX
 
Hélène Romano a écrit de nombreuses publications dans des revues spécialisées, elle participe à des émissions de télévision, de nombreux colloques, journées professionnelles et formations, elle a publié de nombreux ouvrages :

L’école face au traumatisme et à la violence
Hélène Romano & Thierry Baubet & al.
Grenoble : La pensée sauvage éditeur, 2011

La maladie et lehandicap à hauteur d’enfant
Paris : Fabert, 2011

 La maltraitance et ses conséquences chez l’enfant.
Descriptions cliniques, évaluation et prise en charge
Paris : Fabert, 2009

Dis c’est comment quand on est mort ?
Accompagnement des enfants sur le chemin du chagrin
Grenoble : La Pensée sauvage éditeur, 2009

Sauveteurs et événement traumatique : prise en charge des victimes et gestion du stress professionnel
Hélène Romano & Elodie Verdenal
Paris : Masson-Elsevier, 2011

Guide de prise en charge des élèves victimes d’abus sexuels
Paris : Hachette, 2004

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Thierry B.

« Chi une vie de chat » de Konami Kanata

Par défaut

Chi une vie de chat (tome 1 à 6)

Konami Kanata

Ed Glénat

Chi est un chaton qui au cours d’une promenade perd sa maman et le reste de la fratrie. Effrayé et épuisé par ses recherches infructueuses, il tombe d’épuisement et nez à nez avec Yoshei Yamada, un petit garçon, qui a fait une chute dans l’herbe. le chaton est adopté par la famille. Mais il est interdit pour les habitants de la résidence d’avoir un animal de compagnie. La famille Yamada redouble donc de discrétion pour échapper à la vigilence de la concierge. Chi est apparu pour la première fois au Japon, en dessin animé, le 31 mars 2008. Voici en image le premier épisode de Chi, une vie de chat :

Ce manga en couleur de lecture à l’occidentale, petit regret pour les puristes, nous entraîne par petits épisodes dans la vie de Chi. Ce chaton étourdit, attendrissant, drôle, malicieux s’avère être une chatte lors de sa première visite chez le vétérinaire. La petite chatte découvre la vie, celle de sa famille d’humain et d’adoption, les animaux et les choses qui l’entourent. Elle grandit au fil des épisodes et des tomes. Elle est confrontée aux règles de la vie de la famille Yamada, aux interdictions, aux autres humains. Le comique des situations vient  du fait que cette petite chatte est toujours en décalage, mais aussi du trait que Konami Kanata donne à son personnage et aux personnages et animaux qu’elle rencontre. L’auteure est une spécialiste des chats, sa deuxième série, Fuku Fuku, parle également d’un chat . Ce chat fait d’ailleurs une apparition dans un des tomes de la série.

Ce manga est abordable par tous, du lecteur débutant au plus aguérri, il ravira même les non initiés du manga. L’ auteur réussi à merveille à rendre attachante cette boule de poils nommée Chi. Les ouvrages comportent des annexes, marque-page à découper, interview de l’auteur, figurines de papier, maquette en papier etc.

Thierry B.

« Je voudr@is que tu… » de Franck Andriat

Par défaut

 Je voudr@is que tu…

Franck Andriat

Ed Grasset, collection Lampe de poche

Salomé est une adolescente qui aime lire, qui tient un journal et qui chatte sur le net avec ses amis : Florine, Saïd et Philippe. Ils sont tous les quatre dans la même classe et ont créé le « chat d’or ». Sur ce chat, Salomé veille au langage. Les quatre amis doivent écrire en français correct, aucune abréviation et/ou langage SMS ne sont permis ! Le chat les réuni le soir dans leur chambre après qu’ils se soient vus au collège toute la journée, puis au bistrot après les cours. Une vie classique d’adolescents.

Parallèlement, il y a leur vie au collège avec leurs professeurs. Ils sont en conflit avec Madame Scorpion, leur professeur de Lettres qui considère qu’un bon auteur est un auteur mort et refuse de parler de littérature de jeunesse. Après un sujet sur la forêt de Brocéliande, La bande des quatre propose d’inviter Marc Cantin qui habite dans les environs. Le refus de Madame Scorpion est catégorique et sans appel. Seule la lecture d’œuvres classiques mérite de l’attention. Franck Andriat fait ici, un clin d’œil très appuyé au contexte actuel sur la littérature de jeunesse, un clin d’œil militant.

Mais revenons à l’histoire même. Un jour, Philippe invite Michaël sur le « chat d’or », Saïd lui invite Coralie. Michaël se présente ouvertement comme un beau gosse aimant la moto et les randonnées à la montagne. Coralie a un besoin de se livrer, de raconter ses rencontres virtuelles et ses aventures sexuelles. Souvent elle met mal à l’aise la bande des quatre. Leurs attitudes respectives intriguent Salomé et ses amis mis en garde par leurs parents et les intervenants du collège contre les dangers d’Internet. Les quatre adolescents s’affirment comme des êtres responsables et pensent qu’il n’y a pas plus de danger sur le net que dans la rue.

L’évènement inattendu qui arrive à Coralie et l’attirance virtuelle de Salomé pour Mickaël, pousse celle-ci à le percer à jour. Elle arrivera à connaître son secret et l’invitera à la rencontrer physiquement en compagnie de ses amis.

La rencontre conclut de façon émouvante le roman de Franck Andriat. Un roman qui plaira très certainement aux adolescents. Ils se reconnaîtront dans les gestes et attitudes des quatre personnages principaux, des parents et des professeurs. Franck Andriat tente, avec succès, de mettre à bas nombre d’idées reçues. Sur la littérature de jeunesse mais également sur l’utilisation et l’usage qu’ont les adolescents d’internet. Sans donner de leçons, ni jugement, Il peint avec justesse la solitude, le manque de contact et la recherche de vrais rencontres avec des personnes bien vivantes. Des personnes avec leurs qualités et surtout les défauts qu’ils ne peuvent pas dissimuler derrière leur écran. De vrai gens tout simplement !

Thierry B.

« Le chat et l’oiseau » de Géraldine Elschner

Par défaut

Le chat et l’oiseau

Géraldine Elschner, illustrations de Peggy Nille

 Ed Elan vert

A partir d’un tableau de Paul Klee cet album haut en couleur est une invitation à l’imaginaire et à la liberté. Un chat enfermé dans une cage et un oiseau qui vole à sa guise…et voici l’envie gustative qui se transforme en désir d’une égale liberté. L’oiseau ne sera pas croqué et le chat délivré. Géraldine Elschner, férue d’histoire de l’art trouve chez l’éditeur Elan vert cette opportunité d’écrire à partir d’une oeuvre d’art. Ici « Chat et oiseau » de Paul Klee dont l’illustratrice Peggy Nille reprend à son tour avec talent et poésie la flamboyance et la vivacité des couleurs. Véritable invitation à la découverte des œuvres d’un « peintre-magicien », on regrettera néanmoins que la luminosité des couleurs se trouve ici ternie par la pauvreté du texte.

Chat et oiseau Paul Klee 1928

Stéphanie C.