Archives de Tag: amitié

« Il faisait chaud cet été-là » d’Agnès de Lestrade

Par défaut

ilfaisaitchaudIl faisait chaud cet été-là

Agnès de Lestrade

Editions du Rouergue – Collection DoAdo

ISBN : 9782812605239

C’était le genre d’amie dont elle n’avait jamais même rêvée, Violette était bien trop jolie, brillante, drôle, populaire. Tout le contraire d’elle, banale et réservée, transparente presque, à l’image de son nom, Blanche. Et pourtant, c’est bien elle qui a été choisie pour passer une partie des vacances d’été en Provence, chez la grand-mère de Violette. En qualité de meilleure amie. Le genre de vacances qui peuvent tout changer quand on a 14 ans et que la vie semble vous promettre le meilleur : de longues après-midi au bord de la rivière, des gâteaux maison, des crises de fous rires, tomber amoureuse, qui sait … Mais Violette s’assombrit, devient irritable, se montre possessive. Menaçante, même?

Le récit d’un été doré et chantant glisse lentement dans une atmosphère oppressante, lourde de questions informulées et de sensations mal définies. Le désarroi de Blanche se transforme en angoisse, contagieuse. Une cinquantaine de pages sacrément bien menées pour frissonner au soleil de ces vacances estivales.

Marie H.

« Oh les filles! » d’Emmanuel Lepage

Par défaut

ohlesfilles1ohlesfilles2ohlesfilles3ohlesfilles

 

 

 

 

 

Oh les filles!

Edition intégrale

Récit de Sophie Michel

Dessin et couleurs d’Emmanuel Lepage

Editions Futuropolis

Chloé, enfant désirée et chérie d’une mère qui a voulu l’élever seule; Leïla, petite princesse de modeste famille immigrée; Agnès, issue de la grosse bourgeoisie parisienne, élevée par une nourrice dès ses premières heures. Dans les destins croisés de ces 3 filles, nées le même jour mais dans des environnements si différents que leur rencontre semblait improbable, Sophie Michel nous parle d’amour et de manque d’amour, de rêves d’enfants brisés et de vocation, de petits chagrins et de vrais drames, de choix quelquefois malheureux et, avant tout, d’amitié qui traverse le temps et défie les lois du cloisonnement social.

Sur cette trame sensible et juste, des morceaux d’histoires entremêlées dans lesquelles se retrouveront bien des jeunes filles, d’autant que la mise en image d’Emmanuel Lepage est, comme à l’accoutumé, remarquable. Extrêmement classique pour l’occasion, avec des cadrages et un découpage narratif très sobres, il s’est concentré sur les expressions des visages et le mouvement de ces jeunes corps, débordants de vie et d’énergie. Quand au travail de la couleur, il est tout simplement somptueux. Cette réédition en intégrale donne de plus une belle unité au récit en permettant de suivre l’histoire de ces trois filles sur les 130 pages  d’un magnifique album.

Marie H.

« A bas les bisous » de Thomas Gornet

Par défaut

A bas les bisous

Thomas Gornet

Illustrations d’Aurore Petit

Editions du Rouergue – Collection ZigZag

Voilà un joli petit roman comme on les aime, traitant des sentiments, des émotions et des conventions, avec sensibilité et intelligence. Kaï, du haut de ses neuf ans, se sent maintenant suffisamment grand pour se passer de toutes ces démonstrations si gênantes de l’affection de ses proches. Son anniversaire lui donne l’occasion d’affirmer avec fermeté: C’est terminé, les bisous !  Enfin finis, ces câlins collants et ces baisers mouillés dégoûtants. Quel soulagement ! Mais confronté au chagrin d’un ami, quand les mots vous manquent pour le consoler, ces manifestations de tendresse sont parfois irremplaçables. Un bisou, face à un évènement aussi brutal et incompréhensible que la mort, ça parait bien peu de chose. Et pourtant…

Thomas Gornet décrit avec beaucoup de justesse la pudeur des sentiments, dans cette période charnière où l’on voudrait tellement sortir de l’enfance sans posséder pour autant le contrôle de ses émotions. Par petites touches intimistes, dans un récit très simple et facilement accessible, il aborde ici des sujets aussi graves que le deuil ou la vieillesse, inscrivant l’enfance dans la vie quotidienne avec ses drames et sa complexité. La narration à la première personne permet de partager intimement le cheminement intérieur du jeune Kaï, son trouble, son désarroi et ses contradictions, et les réflexions humoristiques qui émaillent régulièrement ses observations allègent avec bonheur les situations auxquelles il est confronté. Les illustrations d’Aurore Petit, en beaux à plats grisés, accompagnent agréablement ce texte dont la fin est absolument bouleversante.

Marie H.