Archives de Catégorie: Romans jeunesse

« Carambol’Ange » de Clémentine Beauvais

Par défaut

carambolangeCarambol’Ange (l’affaire Mamie Paulette)

Clémentine Beauvais

Ed.Sarbacane, collection Pépix, 2016.

Nel est un ange de rang 47. Il doit accomplir une mission banale et quotidienne, accompagner une âme (celle de mamie Paulette) au ciel ! Cela n’est pas sans compter sur le caractère bien trempé de Paulette, 93 ans. Cette mission va se transformer en véritable aventure. Mamie Paulette va bousculer les codes du ciel, elle se joue de sa mort et de sa vie. Elle va rivaliser de stratagèmes pour connaître la vérité sur sa mort et bouleverser le quotidien de Nel.

C’est d’enfer cette histoire de mission au ciel ! Valentine Beauvais s’amuse avec le vocabulaire céleste, elle en use avec délectation et en abuse avec humour et bienveillance. Le récit prend des allures de chevauchée fantastique, les rebondissements apparaissent à chaque chapitre, le tout dans un train d’enfer . Les détails sont minutieux et rien n’ai laissé au hasard. Un petit bijou, bravo.

Thierry B.

« Tiago baby-sitter des animaux » de Séverine Vidal et Laurent Audouin

Par défaut

tiago1Tiago baby-sitter des animaux

Séverine Vidal, illustrations de Laurent Audouin

Ed. Magnard jeunesse, collection mes premières lectures, 2016.

Tiago aime les animaux, il en prend soin, les bichonne, les chouchoute. Il rend service à ses amis, il fait le baby-sitter pour les animaux. Les aventures s’enchaînent ! Séverine Vidal propose une série à destination des très jeunes lecteurs. Une lecture simple, des mots choisis, des dialogues dans des bulles, tous les ingrédients d’une bonne compréhension sont réunis. Pour rendre la lecture encore plus ludique, un petit animal se dissimule dans chaque page, à découvrir.

Séverine Vidal retrouve sa fibre d’enseignante dans cette série bien adaptée au début de la lecture.

Thierry B.

« Mademoiselle Alice qui inventa le cinéma » de Sandrine Beau

Par défaut

mademoisellealicequiinventalecineMademoiselle Alice qui inventa le cinéma

Sandrine Beau, illustrations de Cléo Germain

Ed. Belin, collection premiers romans, 2016.

C’est l’histoire romancée d’Alice Guy, née en 1873 et morte en 1968. Alice Guy a été la première femme à réaliser des films qui racontaient des histoires. Elle a été honteusement oublié par les historiens du cinéma.

Sandrine Beau réhabilite Alice Guy dans ce roman jeunesse illustré par Cléo Germain. Son enfance à l’étranger, la mort de son père, ses débuts avec M.Gaumont, sa rencontre avec les frères Lumière. Une histoire passionnante qui nous emmène au tout début du cinéma.

Thierry B.

« L’ogre à poil(s) » de Marion Brunet

Par défaut

ogreapoilsL’ogre à poil(s)

Marion Brunet, illustrations de Joëlle Dreidemy

Ed. Sarbacane, collection Pépix, 2016.

Après « L’ogre au pull vert moutarde » et « L’ogre au pull rose griotte » vient de paraître le troisième opus : « L’ogre à poil(s) ».

Yoan et Abdou, pensionnaire du foyer, apprennent par la bouche d’une crevette que leurs amis de la forêt sont en danger. La crevette leur parle par le robinet de la salle de bain commune. Elle est le messager de « La boule », l’apprenti sorcière. Ogres, loups, sorcières sont menacés par une usine dont les rejets empoisonne l’eau de la rivière.

Aidés par l’ogre, romain, et Janine ils partent en mission écologique et environnementale. Ils iront même jusqu’à demander l’intervention salutaire du dernier des dragons.

Marion Brunet emmène le jeune lecteur dans une nouvelle aventure palpitante, pleine de rebondissements et de suspens et très drôle. En arrière trame du récit l’écologie et la sauvegarde de l’environnement. Jamais moralisatrice, l’auteure fait passer les messages de façon subtile dans la narration.

Pourquoi ce titre « L’ogre à poils »  ? Nous demanderons à l’auteure. Peut-être une provocation, un hommage à Claire Franek ou les deux ! (Claire Franek est l’auteure de « Tous à poils » publié en 2011)

Marion Brunet est un auteur de région, elle vit à Marseille.

Thierry B.

« Victor tombe-dedans chez les trois mousquetaires » de Benoît Minville

Par défaut

victortombededansVictor tombe-dedans chez les trois mousquetaires

Benoît Minville, illustrations de Terkel Risbjerg

Ed Sarbacane, collection Pépix, 2015

Ce roman de la collection Pépix, (que l’on ne vous présente plus !), est l’aventure de Victor qui tombe dans le récit des « Trois mousquetaires » d’Alexandre Dumas au sens propre comme au figuré. Et son histoire va bouleverser celle des mousquetaires. Et c’est là, l’astuce et la créativité de Benoît Minville de rajouter du récit au récit, de l’aventure à l’aventure et plus encore. Car il y a l’interaction d’un troisième personnage, le frère de Victor. Ce dernier bouleverse le récit à chaque fois qu’il prend en main le roman. De sa chambre, dans  cette maison au XXIème siècle, il interagit sur l’histoire que Victor est en train de  vivre en 1625 sous le règne de Louis XII.

Une écriture précise, un style entrainant et imagé, Benoît Minville livre au plus jeune une véritable épopée.

Thierry B.

 

« Mon grand frère tombé du ciel » de Sandrine Beau

Par défaut

mongrandfrereMon grand frère tombé du ciel

Sandrine Beau

Ed. Alice, collection Deuzio, 2016.

Vicky, 10 ans, est fille unique, une existence classique avec son père et sa mère. Et puis un matin la nouvelle tombe, elle a un frère ! Elle a beaucoup de mal a accepter cette nouvelle. Elle se confie à son amie, Léa. Toutes les idées lui passent par la tête, elle échafaude tous les scenarii possibles. Ses parents l’entourent, sont bienveillants. Bien sûr elle ne comprend pas, en veut à son père, à sa mère aussi. Et puis le grand frère arrive et il n’est pas seul…

Sandrine Beau chahute ses lecteurs, elle ménage le suspens et traite avec beaucoup de bienveillance et de subtilité cette affaire de famille. Sandrine Beau a un talent particulier dans la mise en scène des rapports humains. Un roman entraînant qui ne laissera personne insensible. Une belle aventure de lecture.

Thierry B.

« Max et Rachid » d’Anne Loyer et Morgane David

Par défaut

maxetrachidMax et Rachid

Anne Loyer, illustrations de Morgane David

Ed. Kilowatt, 2016.

Max, un petit garçon, vit seul avec sa maman dans un petit village de montagne. Sa mère participe à une opération qui consiste à accueillir pendant les vacances un enfant de la ville. Un enfant des « quartiers ». C’est ainsi que Rachid débarque dans la vie  de Max qui n’a pas le même enthousiasme que sa mère…

Anne Loyer propose un roman court à destination des plus jeune, un roman 1er lecture. Elle aborde simplement avec évidence et franchise ce thème tellement exploité.  Une histoire d’enfants, un comportement d’enfants, des idées préconçues (peut-être sous l’influence des adultes !) d’enfants.

Les illustrations de Morgane David sont en adéquation totale, des paysages verts, des regards noirs, et pour conclure des sourires.

Un roman à leur portée, à conseiller même aux lecteurs en panne.

Thierry B.