« Lily » de Cécile Roumiguière

Par défaut

LILYLily

Cécile Roumiguière

Ed La joie de lire, 2015

Parution aujourd’hui vendredi 06 février 2015

Nous sommes en 1961, Lily a seize ans, elle habite à Paris, quai de la mégisserie, sa mère tient une oisellerie. Elle ne profite pas de sa jeunesse insouciante, pas de soirée juke-box, ni rock’n roll car elle prépare le concours d’admission dans le ballet de l’Opéra de Paris. Lily vit difficilement l’absence de son frère. Il est parti faire la guerre en Algérie. Un jour, Lily reçoit une lettre de son frère, il a déserté avec la complicité de Yassim. Aussi Lily n’a plus la même fougue, les mêmes ambitions, elle doute. Sa professeure de danse s’en rend compte. Mademoiselle Bellesjambes tient sa troupe ! Et puis il y a cette rencontre avec deux garçons. Ces deux sont partisans de l’Algérie française, ils tiennent des propos qui font douter Lily. Elle sent, néanmoins une attirance pour l’un eux, alors que sa meilleure amie, Nicky, plus insouciante tombe dans les bras de l’autre. Il y a aussi Jacques, Nino, Claire, Mame Marthe, madame Piakova… Tous jouent un rôle dans la vie de Lily.

Cécile Roumiguière offre au lecteur plusieurs histoires croisées dans ce roman. Des histoires qui se recoupent, s’entrecroisent, se complètent, s’opposent. Cécile pose un regard historique fin, une analyse des comportements pointue, un retour sur le passé sans nostalgie, ni amertume, sans prise de position, ni morale.

Il y a également l’univers de la danse, l’atmosphère de l’Opéra de Paris, les références au ballet. Tout est parfaitement décrit. L’auteure remercie Pascale Maret, une consultante en danse de choc !

Un récit sur fond de guerre d’Algérie, un sujet peu traité dans la littérature de jeunesse. Un récit qui s’appui et met en valeur le cinéma, la musique, les arts et la littérature de ces années là. Le lecteur retrouve toutes ses références en annexe, à la fin de l’ouvrage.

Thierry B.

Publicités