« Lune mauve » de Marilou Aznar

Par défaut

lumauveLune mauve T.01: La disparue

Marilou Aznar

Editions Casterman

Séléné Sigismonde Savel d’Hauterive aurait très certainement préféré s’appeler autrement. Et si elle avait pu choisir sa vie, elle aurait opté pour une enfance normale dans laquelle sa mère l’aurait attendue au sortir de l’école pour beurrer ses tartines. Elle aurait alors eu une adolescence normale, avec téléphone portable, accès internet et vie sociale à l’avenant. Mais elle a, jusqu’à aujourd’hui et depuis la disparition de sa mère, vécu recluse au fin fond de la Bretagne avec son père, universitaire spécialiste d’un obscur poète  symboliste. Et elle doit maintenant, pour son bien, intégrer le lycée Darcourt, connu pour rassembler la fine élite parisienne. Pour le moins décalée dans l’établissement le plus snob de la capitale, Séléné s’y donne « autant de chances qu’une souris lâchée dans un enclos de chats affamés! ». Nous suivons donc ses efforts pour s’intégrer, dans un premier temps, puis tout simplement pour se faire oublier, ce qui se révèle particulièrement difficile. Car ce qui s’annonçait comme le récit assez superficiel d’une jeune fille cherchant à rejoindre la norme de ses contemporains bascule peu à peu dans le fantastique. Et Séléné semble provoquer des événements étranges.

Malgré les nombreux clichés auxquels n’échappe pas ce premier roman, il constitue une bonne surprise. Tout d’abord, il est plutôt bien écrit. Les références à une culture classique assez improbable – Gustave Moreau, Saint-Pol-Roux, Alexandre Dumas – émaillent le récit de façon convaincante et, sans paraître trop plaqués, donnent au contraire un relief bienvenu à cette adolescente hors-norme. L’autodérision propre à la chick litt fonctionne  assez bien pour compenser les références convenues à la culture ado et la jeunesse dorée parisianniste est au passage soigneusement égratignée. La dimension fantastique, quant à elle, est amenée habilement et nous découvrons en même temps que Séléné les indices de l’existence d’un monde parallèle qu’elle est destinée à intégrer. La fin de ce premier tome d’une trilogie annoncée a une tonalité romantique assez exacerbée et laisse son lecteur (qui sera plutôt une lectrice, d’ailleurs), pour autant qu’il adhère à ce type d’univers, dans l’attente de ce que sera ce nouveau monde. Nous, nous attendons de voir si le deuxième tome confirmera les qualités décelées dans le premier.

Marie H.

Publicités

Les commentaires sont fermés.