« Les souvenirs de Mamette » de Nob

Par défaut

mamettetome3Les souvenirs de Mamette

Tome 03 : La bonne étoile

Nob

Editions Glénat – Collection Tchô !

Dans ce troisième tome, nous apprenons enfin pourquoi Marinette a été si brutalement confiée à ses grands-parents, au fin fond de la France rurale des années 30. C’est l’arrivée surprise de son papa, à l’occasion de Noël, qui permet de révéler les conflits familiaux. Mêlés aux scènes quotidiennes de sa nouvelle vie à la ferme – veillées au coin du feu, abattage annuel du cochon, superstitions tenaces, rivalité de deux jeunes prétendants… – les souvenirs des disputes parentales installent une atmosphère en demi teinte, entre joies et tristesse, dans laquelle excelle l’auteur. Son trait rond et souple, habillé de couleurs délicates, exprime à merveille les trop fugitifs moments de bonheur. L’escapade de Marinette avec son papa au bord de la mer est, à ce titre, une vraie réussite en belles cases muettes, emplies du bruit des vagues et du vent, mais on partage également les sensations d’une promenade dans la forêt enneigée ou la chaleur paisible de l’étable.

Loin de la formule gag, des gags toujours légers, de la série mère (Mamette, 5 albums au compteur et un beau succès auprès du jeune public pour une héroïne de plus de soixante ans, la seule à ma connaissance à part Prudence Petit Pas), cette série parallèle, née trois ans plus tard, creuse un autre sillon. Elle restitue un monde révolu où la vieille dame était une petite fille qui croyait « que tout était éternel », où la pauvreté n’était pas forcément synonyme de frustration et où le manque de confort n’empêchait en rien les joies simples et intenses. Avec Mamette, Nob a montré qu’il savait poser sur le grand âge et ses travers un regard tendre, amusé et respectueux. Avec ses souvenirs, il aborde des sujets aussi graves que l’abandon ressenti par une enfant après la séparation de ses parents ou la solitude d’une tante encore jeune, mais vouée à rester célibataire et à vieillir entre ses deux parents. Chaque sujet est traité de façon intelligente, avec une juste distance, sans pathos encombrant, et chaque lecteur pourra y trouver matière à réflexion dans la sphère familiale : les grands-parents ont tous été un jour des enfants, un adulte bougon n’est pas forcément dénué d’amour ni de bienveillance, la charcuterie de Noël s’appelait peut-être Léon…

Nob est en train, album après album, de faire œuvre, pour le plus grand plaisir des adultes et le plus grand profit des enfants.

Marie H.

Publicités

Les commentaires sont fermés.