« Collection Hibouk » chez La Joie de lire

Par défaut

La force du berger

Azouz Begag

Docteur Parking

Franz Hohler

Traduit de l’allemand par Ursula Gaillard

Les A.U.T.R.E.S.

Pedro Manas

Traduit de l’espagnol par Anne Calmels

Editions de La joie de lire – Collection Hibouk

Nouvelle collection de la Joie de lire, Hibouk propose une sélection de textes de qualité, habillés pour l’occasion de couvertures signées Albertine !!! De belles couvertures où son trait, reconnaissable entre tous, se détache sur de larges plages blanches pour notre plus grand bonheur. Forte aujourd’hui de déjà 10 titres, trois titres de cette collection, qui fait d’ores et déjà référence en matière de littérature jeunesse, ont plus particulièrement retenu notre attention.

Dans la force du berger, Azouz Begag met les lois de la physique à l’épreuve de la sagesse et du bon sens populaire. Lorsque le fils rentre de l’école, tout fier de son nouveau savoir, et lui explique que la Terre est ronde et qu’elle tourne sur elle-même, l’ancien berger et le croyant s’insurgent tous deux dans l’âme simple du père : encore une manipulation des Américains ! Et, bon sens à l’appui, il va s’appliquer à remettre les pieds de l’enfant sur une Terre bien plate. Avec des dialogues savoureux et absurdes, Azouz Begag nous enchante dans cette argumentation qui oppose deux mondes irréconciliables, la science et la foi.

Franz Hohler nous offre, avec Docteur Parking, une autre fable, intelligente et délicate, qui oppose les raisonnements de la science à la sagesse et l’écoute du cœur. A la suite d’un quiproquo cocasse, un docteur en lettres nouvellement installé se retrouve à soigner des malades, par la seule vertu de conseils emplis de bon sens et de bienveillance. Il s’attire ainsi les foudres des notables locaux, forts de leurs diplômes ou de leurs fonctions officielles. Et lorsque les évènements prennent un tour plus fantastique, il se retrouve confronté à un déchaînement de bêtise, de lâcheté et d’hypocrisie. Mais il saura y faire face avec calme et sagacité, donnant à tous une grande leçon d’humanité. En toute humilité. Admirable dans sa simplicité, ce texte est d’une belle qualité littéraire tout en restant abordable, à la manière d’un conte, par les plus jeunes lecteurs.

C’est le thème de la différence qu’explore Pedro Manas dans Les A.U.T.R.E.S. Et il le fait avec une grande efficacité, tout en finesse, dans un récit alerte et empli d’humour. Une simple visite de routine chez l’ophtalmo et Franz se retrouve brutalement stigmatisé par un cache sur l’oeil, devenant la cible de moqueries cruelles et se voyant écarté du cercle des enfants « normaux » dont il faisait jusqu’alors partie sans même en avoir conscience. Après quelques jours pour le moins difficiles, il intègrera un autre cercle, beaucoup plus fermé celui-là, les cercle secret des Anonymes Unis Très Rarissimes, Exceptionnels et Solitaires. Unis pour prendre une revanche vengeresse ou faire valoir, au-delà de leurs particularités, des qualités communes de tolérance et de solidarité ? La réflexion est amenée sans lourdeur aucune, au fil de situations comiques ponctuées de nombreux dialogues pétillants, dans lesquels les enfants se retrouveront sans efforts. Soit une excellente manière d’amener à s’interroger sur la norme et les phénomènes de discrimination que provoquent les situations d’handicap, mais aussi les petites différences, souvent vécues plus douloureusement qu’on ne pourrait l’imaginer. Normal ? Pas normal ? Quel enfant ne s’est jamais posé cette question ?

Marie H.

Publicités

Les commentaires sont fermés.