« Sans toi, papa… » de Sophie Rigal-Goulard

Par défaut

Sans toi, papa…interessant

Sophie Rigal-Goulard

Oskar Editeur

Même âge, même classe, Florentin et Tony ont également en commun de vivre dans une famille monoparentale. Mais Florentin, discret et solitaire, devient dès son premier jour le souffre-douleur de sa classe de CM2. Il faut dire qu’il arrive de Paris, ce qui pourrait suffire quand on est à Marseille et que l’on vit au rythme des matches de l’OM. Il est de plus excellent élève, ne montre aucune aptitude pour le sport et évite tout rapport de force. Bref, une lavette. Tony, lui, est le chef incontesté d’une bande de prédélinquants et il se soucie peu de ses résultats scolaires. Il se bat souvent, rien ne l’impressionne et il a la peau dure. Ca fait déjà longtemps que, du haut de ses dix ans, il encaisse bien plus que ça à la maison. Alors le nouveau, avec ses airs de fils à maman premier de la classe, il a bien l’intention de lui mener la vie dure.

Si le récit aborde les sujets de la maltraitance et du jeu des apparences dans une toute jeune construction sociale, c’est le manque qui est au cœur de ce roman à deux voix. Manque causé par l’abandon du père pour Florentin, écartelé depuis entre le chagrin, la rancune et l’espoir de le voir revenir vivre en famille. Manque d’amour pour Tony, privé de mère dès la naissance et qui a transformé sa douleur en violence, contre les autres autant que lui-même. Trop différents déjà, marqués par leurs origines sociales, ces deux-là ne deviendront pas amis, mais ils pourront, à la d’un évènement déclencheur, tenter de se comprendre et s’aider mutuellement. Loin de tout happy end béat et de rédemption improbable, ce court roman explore avec réalisme et justesse les rapports de pré adolescents et la difficulté de se construire, entre héritage familial et découverte de l’altérité.

Marie H.

Publicités

Les commentaires sont fermés.