« ABC bestiaire » de Janik Coat

Par défaut

A B C bestiaire

Janik Coat

Editions Autrement

La couverture de ce bel album carré attire l’œil. 5 animaux se détachent nettement sur son fond blanc et nous fixent de leurs yeux ronds. 5 ? Ou plutôt 6. Et 7 même. Jolie accroche que cette couverture qui nous incite d’emblée à examiner chaque détail. Car la construction de cet album repose sur une intelligente progression qui ménage de nombreuses pistes d’observation.

En effet, la première double page présente sur une large plage blanche un décor minimaliste – un arbre, une étendue d’eau- et un âne, surmonté de la lettre A et de son nom, Antonin, la deuxième introduit quelques rochers et une baleine, Barbara, la troisième le chien Cyprien, une fleur et des pousses d’herbe, la quatrième… Vous l’aurez compris, les animaux arrivent au fil de l’alphabet, accompagnés de quelques détails qui enrichissent le panorama et simplement nommés de leurs prénoms. Un premier jeu peut consister à deviner le nom zoologique de l’animal (pas toujours aussi facile que baleine ou grenouille). Il est aussi possible, de page en page, de repérer les ajouts au décor et les déplacements des animaux (repérer Léon ou Pline quand arrive enfin Zadig n’est pas si simple non plus). La dernière page de l’album présente, face à l’alphabet complet, la liste des noms d’animaux accolés à leurs prénoms, donnant ainsi l’occasion de découvrir quelques mots savants, tels que wombat ou quetzal, et l’envie de revenir en arrière pour les retrouver. Ultime raffinement, les pages de garde offrent le dessin au trait fin sur fond blanc du décor vide, puis peuplé de tous ses habitants pour une nouvelle lecture de ce bestiaire décidément plein de surprises.

Avec ses beaux à plat francs et nets, une palette joyeuse et tonique, des contrastes de couleurs bien dosés et une mise en page claire qui incite à détailler, les illustrations sont propres à captiver le regard des enfants. Abécédaire, livre-jeu et imagier, idéal pour inciter les tout petits à observer et développer leur mémoire, c’est avant tout un très bel album qui, par son graphisme singulier, leur offre un monde enchanté.

Marie H.

Publicités