« Les murs de l’univers » de Paul Melko

Par défaut

Les murs de l’univers

Paul Melko

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Claude Mamier

Editions Castelmore

John est un garçon ordinaire. Fils unique d’un couple de fermiers, il ambitionne d’intégrer l’Institut de technologie, travaille dur pour payer sa première année d’études supérieures, rêve d’embrasser une fille à laquelle il n’ose pas adresser la parole et s’est fait un solide ennemi de l’héritier d’un des membres les plus influents de sa petite communauté rurale.  Ce quotidien lui semble étriqué, morne et  sans surprise, jusqu’à ce que son sosie vienne le bouleverser. Un sosie qui prétend venir d’un univers parallèle et lui propose une nouvelle vie.

La théorie des univers parallèles a très souvent été exploitée par les auteurs de science-fiction. Paul Melko accomplit l’exercice de façon plus qu’honorable. Solidement structuré, son récit nous fait d’abord visiter quelques univers en compagnie de John, lors de ses premiers voyages, puis au travers des souvenirs de son double. Il installe ensuite ses deux personnages  dans les vies qu’ils ont choisies mais, comme il est de rigueur quand on se promène dans le temps, les connaissances acquises dans d’autres mondes peuvent avoir des conséquences désastreuses. Chaque John tente d’exploiter une technologie encore inconnue dans ce qui est devenu son monde pour améliorer son existence mais ils ne sont pas les seuls à traverser les frontières et ils vont découvrir à leurs dépens que certaines règles ne doivent jamais être enfreintes. Les derniers chapitres adoptent alors  le rythme d’un thriller et il devient  impossible d’abandonner John avant la fin de son aventure. Les amateurs de science-fiction et de suspense devraient apprécier.

Marie H.

Publicités

Les commentaires sont fermés.