« Le Capital » de Karl Marx

Par défaut

Le capital

Karl Marx

Adapté par les studios East Press

Editions Soleil – Collection manga

Quels sont les mécanismes du capitalisme ? De quoi l’argent que nous utilisons  est-il fait? Comment les crises économiques naissent-elles ?

Graves questions et bien sérieux sujets à soumettre à de jeunes lecteurs, me direz-vous, et le Capital de Karl Marx est un monument impressionnant (environ 3000 pages …), pour ne pas dire rébarbatif. Mais cette adaptation nous vient du Japon, ces deux petits volumes sont des manga et, même si nous sommes fort loin des univers fantastiques que les adolescents aiment y retrouver, leur lecture est facile et passionnante.

Robin, modeste artisan fromager, travaille avec son père dans la petite entreprise familiale. Il décide de moderniser la fromagerie pour optimiser leur production, sur les conseils de Daniel,  investisseur ambitieux et sans scrupule, et contre l’avis de son père, qui voit dans ces transformations un danger pour leur équilibre. Son ascension, spectaculaire, va se transformer en cauchemar et il se retrouve bientôt prisonnier d’un système aveugle et destructeur.

Dans le premier tome, ce sont les mécanismes de la création d’entreprise et de la course au profit qui sont mis à jour, ainsi que leurs conséquences sur l’organisation du travail, rendue de plus en plus inhumaine. Le deuxième tome, lui, nous expose quelques notions économiques de base, comme les principes de valeur ajoutée, valeur d’usage et valeur d’échange, ou encore de plus-value… Et comme c’est Friedrich Engels lui-même qui intervient pour nous les expliquer, tout s’éclaire.

Malgré le caractère bâclé des illustrations et certains rebondissements à fonction très démonstrative, l’ensemble se lit facilement, et même avec plaisir. Pour s’exercer à questionner le fonctionnement économique de notre société, décrypter les contenus cachés des informations quotidiennes et déjouer le conditionnement consumériste, c’est un bon début.  Marx en manga ou comment devenir critique et entrer en résistance face à la machine à broyer les individus.

Marie H.

Publicités