« La madeleine de Proust » illustrée par Betty Bone

Par défaut

La madeleine de Proust

illustrée par Betty Bone

Ed courtes et longues

 Voilà le pari audacieux de proposer un texte de Marcel Proust (1871-1922) aux jeunes lecteurs du XXIème siècle. Trois extraits « Du côté de chez Swann » : « la madeleine« , « Le drame du coucher » et « Gilberte« . Trois extraits que l’on découvre dans leurs intégralités sur la dernière page de garde avec les phrases, utilisées dans l’album, surlignées de ce jaune si lumineux dont Betty Bone use à merveille. 3 extraits qui font référence à l’enfance, (au souvenir de l’enfance pour Proust), qui enchanteront les jeunes lecteurs. Cette adaptation de Marcel Proust permet également aux adultes de (re)découvrir ce patrimoine de la littérature classique.

Cet album étonne par le jaillissement des couleurs utilisées par Betty Bone. Du jaune (lumineux), du bleu (de l’indigo au plus pâle), du rouge (fuschia), du vert (intense) et le noir profond de la nuit. Dans le premier extrait; « La madeleine« , le talent de Betty Bone fait basculer le lecteur dans le souvenir  en 2 double-pages d’illustrations. Marcel Proust porte le morceau de madeleine à sa bouche et l’illustration se déstructure, les traits du dessin se disloquent, la vision se brouille et le lecteur est transporté dans le souvenir comme hypnotisé par la couleur. dans « Le drame du coucher » le noir profond accentue l’atmosphère et le ressentie du jeune Proust. Un moment toujours difficile pour les enfants, la séparation avant la nuit, les rêves et/ou les cauchemars. Un noir tracé de rouge de l’amour maternel et filial.

Et puis il ya les détails : les fourmis qui s’occupent des miettes de madeleine tombées. Ces foumis que l’on retrouvent dans toutes les illustrations de « La madeleine ». Des animaux aussi apparaissent au fil des pages, mais je vous laisse découvrir les propos de Betty Bone et les images de l’album dans la vidéo des éditions Courtes et longues :

 

Thierry B.

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.