« Mistral » d’Angela Nanetti

Par défaut

Mistral

Angela Nanetti

Traduit de l’italien par Françoise Brun

Editions La Joie de Lire – Collection Encrage

Prix Pippi en 2010 à la Foire Internationale de Bologne

C’est l’histoire d’une enfance pleine de vent et d’écume. Il s’appelle Mistral, parce qu’il est né une nuit de tempête, et il est roi de l’Ile Noire, tout comme son père et son grand-père avant lui. La vie s’écoule au rythme de la nature, alternance de saisons, du temps des oiseaux migrateurs et des couvaisons, de la floraison du myrte et de la bruyère, de celui de la pêche hauturière et des soirées au coin de foyer familial, lorsque le vent rugit au-dehors. Puis les cadets arrivent et c’est l’école qui rythme désormais le quotidien, la barque matin et soir pour étudier sur le continent, et toujours pour Mistral le besoin de retrouver au plus vite son domaine.

Mais un jour arrive Camille. L’espace d’une escale, un autre univers se découvre à Mistral et lui fait deviner l’étroitesse de son empire. Fille d’un célèbre concertiste et d’une photographe renommée, Camille fait comme chaque été une croisière familiale sur le Stradivarius, leur luxueuse goélette. Avec l’aplomb d’une gamine habituée à dominer le monde, elle s’offre nue aux regards du maître de l’île et le consacre ainsi fiancé. Son passage est aussi rapide que fulgurant. Après son départ, Mistral n’attendra plus que son retour. Car c’est aussi l’histoire d’un premier amour, impossible et passionné, comme il n’en arrive qu’une fois dans la vie.

L’histoire est belle, son écriture simple, lumineuse et vibrante. Pour tous ceux qui aiment sentir le souffle du vent et les embruns sur leur visage, ceux qui ont surveillé les nids pour surprendre l’éclosion des nouvelles couvées, ceux qui ont partagé les jeux et les disputes d’une nombreuse fratrie, ceux qui ont lancé des défis absurdes et périlleux pour le prestige, ceux qui ont écouté avec passion les histoires d’une grand-mère au coin du feu, ceux qui ont connu le premier amour total, brûlant, dévorant et désespéré… Pour ceux-là mais aussi pour tous ceux qui n’en connaissent rien, un grand roman sur les petits bonheurs de l’enfance qui se fracassent aux tourments de l’adolescence.

Née en 1942 à Bologne, Angela Nanetti a déjà obtenu de nombreux prix pour ses romans, dont le Prix Andersen-Baies de Fables en 1984, en 2000 et en 2003

Marie H.

Publicités

À propos de Lj83

Lecture jeunesse 83, le blog des bibliothécaires jeunesse du Var. Leurs coups de coeur, leurs actions et animations autour du livre et de la lecture.

Les commentaires sont fermés.