« Six hommes » de David McKee

Par défaut

Six hommes

David McKee

Traduit de l’anglais par Elizabeth Duval

Editions Kaléidoscope

Première traduction française d’un album paru en 1972, Six hommes aborde un sujet grave qui n’a malheureusement rien perdu de son actualité. Sous la forme d’une fable sobrement illustrée au trait noir sur fond blanc, David McKee démontre très clairement l’absurdité de la guerre.

Six hommes cherchaient un lieu où travailler et vivre en paix. Ils s’installèrent, travaillèrent beaucoup et gagnèrent beaucoup d’argent. Mais en s’enrichissant, ils se mirent à craindre pour leurs biens et à regarder leurs voisins avec inquiétude. Ils engagèrent alors six soldats pour les protéger…

L’engrenage de la méfiance et de l’agressivité est exposé très simplement et le graphisme naïf, nerveux et expressif, donne une grande efficacité au récit. Les doubles pages consacrées aux combats, dont l’ampleur et la sécheresse sont accentuées par un travail en symétrie dans le format à l’italienne de l’album, sont tout particulièrement réussies

A lire et faire lire pour réfléchir aux instincts de possession, de crainte et d’envie.

Marie H.

Publicités

Une réponse