« Il était une fois un alphabet » de Marcelle Marquet

Par défaut

Il était une fois un alphabet

Texte de Gabrielle Marquet

Illustré par Souza Desnoyer

Ed Chandeigne : réédition de l’album publié en 1951

C’est l’histoire de la rencontre des Voyelles et des Consonnes. Racontée à la manière d’un conte moral, cette histoire donne vie aux lettres de l’alphabet dans un but clairement didactique, la présentation des lettres, majuscules puis minuscules, étant destinée à favoriser la mémorisation de chacune avant de les combiner entre elles. En fin d’ouvrage, coloriages et jeux sont proposés pour continuer l’apprentissage sur un mode ludique.

Le texte, assez long, présente néanmoins quelques difficultés pour un enfant en cours d’apprentissage de la lecture. Certaines tournures de phrases telles : « Chacun prit à tache de montrer ce qu’il savait faire « ,  n’ont plus cours aujourd’hui et le vocabulaire est d’un registre très soutenu. La conception de la société est également datée. Les consonnes masculines ont deux épouses et malgré l’indignation de madame A, « …il n’y avait qu’à l’accepter car chaque pays a ses coutumes ». Et lorsqu’il s’agit de signer le traité qui officialise l’union entre les deux peuples, c’est aux Messieurs de le faire… Mais l’humour est là, notamment chez la même Madame A qui, offusquée d’avoir été comparée à Monsieur V, réplique avec aigreur :  » A condition que je marche sur la tête après avoir perdu ma ceinture ! « . Inconcevable, en effet ! Quant à l’histoire, elle célèbre l’heureuse alliance de toutes ces lettres dans une ambiance joyeuse et festive.

Ce sont les illustrations qui portent l’ensemble. Signées par Souza Desnoyer, elles allient un charme désuet à une efficacité graphique très moderne. Vivement colorées, les lettres sont personnalisées avec inventivité : Mademoiselle I, longue, droite et mince; Monsieur O, coiffé d’une toque noire et gonflé de son importance; Madame A, rigide et sévère,  engoncée dans son manteau noir; les S, X et Z, gaiement bariolés et jouant les acrobates; le B, débonnaire et bedonnant… Les visages, tous différents bien qu’esquissés de façon minimaliste, parviennent à traduire des caractères tandis que mains et pieds donnent vie et mouvement à chaque lettre.

Ce petit peuple a toutes les qualités visuelles requises pour captiver l’attention des jeunes enfants et frapper leur imagination.

Marie H.

Publicités

À propos de Lj83

Lecture jeunesse 83, le blog des bibliothécaires jeunesse du Var. Leurs coups de coeur, leurs actions et animations autour du livre et de la lecture.

Les commentaires sont fermés.