Anne Clerc, « les sociabilités littéraires des ados sur Internet »

Par défaut

«Les sociabilités littéraires des adolescents sur Internet»

Anne Clerc, Rédactrice en chef du magazine Lecture Jeune

En introduction et à la demande de Christine Denel de la FADBEN (organisatrice de la rencontre), Thierry Bonnety présente le blog Lecture jeunesse 83, alimenté par les bibliothécaires jeunesse du Var qui envoient leurs notes de lecture – écrit, son et/ou image – reflet du Comité de lecture qui se rencontre 4 fois par an. Comité de lecture créé en 1996 et devenu blog en 2008, il est dorénavant présent également sur Facebook.

Isabelle Ripert, directrice de la Médiathèque de Saint-Raphaël fait remarquer que le nouveau portail Médiathèque Terres & Mer, livré en septembre prochain, comportera sûrement un «coin ados», ainsi qu’un espace lecteurs pour notes, critiques et recommandations sous les notices du catalogue.

Christine Denel souligne que Lecture jeunesse 83 et celui de « De la plume la plume à l’oreille« , sont des outils de veille intéressants, tout comme Lecture jeune et son site. Anne Clerc prend alors la parole pour rappeler que cette revue est présente depuis 1974, date de l’émergence des collections pour jeunesse (Ecole des Loisirs Médium , Page Blanche, …), et qu’elle se décompose en 2 parties :

– 1 dossier autour d’1 auteur ou d’1 genre,

– 1 dossier sur les pratiques de lecture des ados avec problématiques liées à l’arrivée du numérique.

En effet, en 2008, avec l’avènement des blogs, des pages Facebook, et surtout la mode « Twilight », Lecture Jeune consacre son premier numéro traitant du numérique. Puis en 2009, la 1ère conférence sur la culture numérique (axé sur la littérature mais aussi les jeux).

Accompagnant la revue, et en appui du site, Lecture Jeune nourrit un blog et une page Facebook.

I   TYPOLOGIE DES BLOGS

On remarque que les préados (il s’agit essentiellement de jeunes filles) écrivent d’abord sur leur cercle familial et leur activité, puis évoluent sur des blogs d’ados, plus axés sur les amis.

1. Skyblog

La plus grande plateforme est Skyblog (lancée en 2002, elle s’est modernisée pour faire face au succès grandissant de Facebook), sur laquelle on trouve 44.OOO articles de littérature dont une grande majorité sur Twilight. Ces plateformes sont libres : les ados y parlent de ce qu’ils veulent, et certains sont spécialisés dans la lecture.

Mais le rapport à la culture légitime a changé. Un aspect intéressant et représentatif est l’éclectisme des mots-clefs (concernant la littérature) que l’on retrouve le plus souvent sont :

Spirou, Stephenie Meyer, Boris Vian, Les Misérables, Miley Cyrus, Toto, Balzac, Le Coran, L’apprenti épouvanteur, le Kama Sutra, Baudelaire, ce qui montre bien que leurs intérêts sont variés.

Il est à noter que ces blogueuses littéraires, à la fin de leur adolescence, migrent vers des blogs plus ergonomiques et esthétiques.

Les garçons écrivent très peu sur les blogs et lisent plutôt des BD que de la littérature (fiction).

2. Usages

On retrouve la plupart du temps les mêmes usages pour ces blogueuses (exemple blog livre4ever) ; les lectrices :

photographient leurs livres ou leur bibliothèque,

– se mettent en scène avec les livres,

– classent, catégorisent,

– font des PAL (Piles à Lire), des wishlists (les livres qu’elles veulent s’acheter),

– lancent des concours (défi de lire x livres de telle catégorie d’ici telle date par exemple),

– s’envoient des swaps (colis-mystères envoyés à 1 lectrice inconnue inscrite sur 1 liste de diffusion).

On remarque l’importance du nombre d’amis lecteurs, du partage et des avis de chacun, ainsi que l’importance du nombre de livres lus, critiques et notes, d’où l’idée de communauté.

En lisant ces blogs, on comprend que ce qui fait un bon livre pour les ados est la facilité à rentrer dedans ainsi qu’un rythme soutenu (les filles aiment bien « ne pas dormir pour finir [leur] livre »).

Sylvie Octobre dit : « les nouveaux prescripteurs de littérature ados sont les ados eux-mêmes » ; ils ne passent plus par les documentalistes ou les professionnels du livre.

D’ailleurs, on remarque aujourd’hui, que ce sont les blogueurs (quelque soit leur âge ou leur profession) qui font de la pub efficace pour les éditeurs (vu leur nombre actif d’amis).

 3. Blogs dédiés à un auteur ou une série

On a vu l’émergence des fan-fictions. Les sociologues disent que de plus en plus, via les blogs, la limite n’est plus très nette entre amateurs et professionnels (par ex : Hachette a proposé à une ado qui avait un blog consacré à Twilight – blog bien fait, bien renseigné et lu par beaucoup d’«amis », de devenir site officiel, contre un voyage à New-York pour rencontrer son idole Stephenie Meyer.)

Sylvie Octobre a écrit qu’avec ces blogs, les ados sont très actifs dans l’industrie culturelle.

 4. Forums

Sur les forums il y a beaucoup d’éclectisme ; la génération qui les fréquente est tout à fait décomplexée et lit aussi bien balzac, que bottero ou meyer.

Un phénomène important est la recommandation : certaines jeunes filles écrivent sur des forums : «j’ai lu [tels livres], j’ai aimé/je n’ai pas aimé [tels livres] : faites moi des propositions SVP ».

 5. Enquêtes

 L’idée de la communauté virtuelle est tout à fait d’actualité mais ne remplace pas le contact et la rencontre réelle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 II QUELLE STRATEGIE ? [pour les éditeurs jeunesse]

 Il y a sur Internet plusieurs stratégies : 

 * Le marketing viral : action menée par une entreprise afin de se faire connaître, ou de repositionner son image auprès d’un public, dont la spécificité est que les consommateurs deviennent les principaux vecteurs de la communication de la marque. Par intérêt ou curiosité, ils diffusent l’information à leur réseau de connaissances. Cette technique présente 3 avantages principaux :

– coût bien plus faible que celui du marketing direct 

– intensité et rapidité de diffusion du message très importantes/ autopositionnement sur public ciblé – le message bénéficie d’une connotation positive liée à sa prescription par le biais d’1 ami. Exemple trilogie Hunger Games de Pocket Jeunesse.

 * Des modules (inspirés de Culturewok), comme celui de Lecture-academy.com de Hachette Jeunesse : c’est une plateforme avec une communauté de jeunes, du tchat, plutôt basée sur l’affectif et l’humeur.

 * Créer un blog ou une page FaceBook : d’après les études, ça ne fonctionne pas si c’est l’éditeur qui écrit. Pour fonctionner, un blog de jeunes, à destination des jeunes, doit être écrit par les jeunes.

 * Préquelle : par les fans, petit texte qui se passe avant l’histoire que l’on connaît.

 * Bêta-lecture : un écrivain qui fait appel à ses fans pour lire les ébauches de son roman. C’est un test qui lui permet de voir si ce qu’il a écrit plaît. Le cas échéant, il reprend l’écriture sous un autre angle.

 Mais de plus en plus la frontière auteur/lecteur est brouillée : quelle est la position de chacun ?

 Une autre grande mutation est qu’il n’y a plus de différence entre lecture légitime et populaire.

 Anne Clerc tient à nuancer son propos car si certains ados lisent et tiennent des blogs de lecture, il est à noter que 33% des jeunes de 11 ans déclarent lire au moins tous les jours, et qu’ils ne sont plus que 9% à 17 ans… Il y a donc un public ado à reconquérir.

 III QUELLE PEDAGOGIE ?

 Anne Clerc propose quelques actions possibles : 

– Créer un blog.

– Créer des challenges, des swaps.

 Elle estime qu’il faut connaître son public (lire des blogs des ados, connaître leurs goûts musicaux, …) et remarque que presque 80% des 12-25 ans ont un profil Facebook.

DEFINITIONS :

Chick lit (de « chick » = poulette) : littérature de fifilles, jeunes femmes, genre Bridget Jones.

Bit lit (de « bit » qui veut dire mordre) : littérature mordante, dans la lignée des Twilight.

Shojo : mangas pour les filles.

Fan art ou fan fiction : fiction écrite par un fan s’inspirant d’1 perso/scène/univers d’1 œuvre existante qu’il apprécie (par exemple, texte avec une fin différente de celle que l’on connaît ou des perso d’autres œuvres ou célébrités rajoutées à l’histoire).  

Swap : échange de cadeaux entre internautes autour d’un thème donné (par exemple lecture d’été, Twilght, etc…).  1 personne prépare un colis et une lettre en fonction des goûts de sa « swappée » afin de lui faire plaisir. Celle qui reçoit le cadeau fera pareil à son tour.

Anna-Laurence H.

Publicités

  1. Bonjour,

    Justement, je ne connaissais rien à l’univers des blogues et ma fille de 11 ans a voulu en avoir un. Pour l’instant, elle y met résumés (plutôt que grandes critiques) littéraires et cinématographiques. La notion de partager ses goûts littéraires avec les copines viennent par la suite alimenter leurs jeux et leur imagination.

    Pour voir le blogue de cette jeune montréalaise de 11 ans:

    http://sybilledemontreal.blogspot.com/

  2. J’aurai bien apprécié de trouver dans cet article une liste de liens en rapport avec le propos.
    Merci à vous.