« La roue de Tarek » de Mathilde Chèvre

Par défaut

La roue de Tarek

Mathilde Chèvre

Ed Le port a jauni, 2007.

Tous les jours Tarek court après sa roue, un vieux pneu usé. Il est très habile, il la pousse, lui fait dévaler les rues, traverser les avenues, d’un geste de la main. Un jour, tandis que Tarek remet son soulier, la roue continue à rouler, et disparaît. Tarek part à sa recherche à travers la ville. Il demande aux marchands, aux enfants, aux veillards… Enfin, le soir, au couché du soleil, après avoir traversé la ville, dans son quartier, il retrouve sa roue… transformée en balançoire par les enfants du quartier ! Finalement une roue en balançoire, c’est très bien.

Ce conte bilingue, français/arabe, traduit par Mathilde Chèvre est présenté de façon originale. Pour faciliter la lecture bilingue il s’ouvre façon « calendrier ». pour renforcer le côté bilingue la lecture passe de l’orientation européenne à l’orientation orientale pour finir de nouveau façon « calendrier ». Un mélange étonant et  renversant même !!.

Thierry B.

Publicités

Les commentaires sont fermés.