« Jenna Fox, pour toujours » de Mary E. Pearson

Par défaut

Jenna Fox, pour toujours

Mary E. Pearson

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Faustina Fiore

Editions Les Grandes Personnes

Jenna Fox, 17 ans, se réveille d’un long coma. Amnésique, elle réapprend jusqu’aux plus simples fonctions, marcher, parler, décrypter une expression sur un visage ou sourire, et doit encore s’alimenter avec des nutriments spécialement adaptés. Privée de ses souvenirs, elle doit également se réapproprier son passé par le biais des vidéos qu’ont enregistrées ses parents toute sa vie d’avant. Avant l’accident auquel on ne fait jamais allusion. Mais plus l’ancienne Jenna se dessine, dans toute la banalité d’évènements familiaux ordinaires, jalonnés par les étapes de l’évolution normale d’une enfant choyée, plus le malaise s’installe. Car nous sommes maintenant dans une société où les progrès scientifiques et médicaux font des miracles. Parce que le père de Jenna est l’inventeur d’un procédé révolutionnaire dont certaines exploitations ont été interdites. Et parce que Jenna sent très vite le poids d’un secret qui la touche de trop près.

Par un jeu habile d’écriture, l’auteure concède une longueur d’avance au lecteur dans ses déductions, tandis que le personnage tâtonne, handicapée par les séquelles de son long sommeil et la restitution parcellaire de ses souvenirs. Nous voyons assez vite se dessiner une hypothèse que la jeune fille, malgré son intuition, se refuse à envisager. La révélation, ou plutôt la confirmation de ses doutes informulés, intervient à l’exact milieu du récit, déplaçant brusquement l’enjeu du suspense. Dès lors, il ne s’agit plus de se demander pourquoi – pourquoi ce malaise, pourquoi les parents la protègent-ils autant, pourquoi sa grand-mère ne l’aime-t-elle plus, pourquoi la maintient-on dans une quasi réclusion ? – mais comment. Comment Jenna va-t-elle vivre désormais avec la conviction d’être devenue un monstre créé par la science ?

Une construction habile de l’intrigue nous emporte sans effort dans la quête fiévreuse de son personnage. L’alternance entre passé et présent, entre ces enregistrements présentés comme témoins objectifs, garants d’authenticité, et les découvertes d’éléments faisant basculer toute certitude, remettant en cause une vérité chaque fois plus fragile, plus discutable, rythme le récit avec une grande efficacité. Un récit troublant, à l’écriture simple et rapide, qui nous plonge dans des questionnements essentiels à travers l’introspection douloureuse de la narratrice. Qu’est-ce qui constitue l’identité d’un individu ? Quelles limites la science doit-elle ou non s’imposer ? Quels sont les risques d’altérer la nature humaine?

Jusqu’où a-t-on le droit d’aller par amour de son enfant ? Jusqu’où peut-on pardonner à ses parents ?

Les Grandes Personnes sont une toute jeune maison d’édition indépendante, créée en fin 2009 avec une partie du catalogue des Editions Panama. Voir l’entretien avec l’éditrice Brigitte Morel dans l’article sur le site Ricochet.

Marie H.

Autre analyse :

Amnésie, traumatisme, maladie, accident ?

Jenna ne sait ce qui lui arrive. Tout a changé. Elle vit maintenant dans une immense maison à moitié vide en Californie alors qu’elle habitait à Boston. Sa mère et sa grand-mère sont avec elle, mais elle ne voit plus son père qu’en vidéo chaque matin. Elle entend parfois des voix, obéit à des ordres qu’elle refuse de tout son être et que pourtant elle exécute. Il y a des mots très simples qu’elle ne comprend plus, elle ne s’alimente que de nutriments, ne peut faire un pas dehors toute seule.

L’étrangeté de sa vie l’inquiète, et ce n’est pas l’attitude surprotectrice de sa mère ou hostile de sa grand-mère qui l’aident à trouver des réponses.

En même temps, elle ressent le monde comme elle ne l’a jamais éprouvé, se souvient de sa vie utérine et d’un début de noyade lorsqu’elle avait un an.

Nous n’avons pas plus d’indices qu’elle pour comprendre, même si certains sont distillés au fil des pages. Nous assistons à l’évolution de son rapport à sa famille et au monde extérieur, à sa prise de conscience de sa nouvelle identité enrichie par la reconquête de l’ancienne, une reconstruction réussie qui fait espérer en l’avenir d’une science capable de réparer ses erreurs.

Jany T.

Publicités

À propos de Lj83

Lecture jeunesse 83, le blog des bibliothécaires jeunesse du Var. Leurs coups de coeur, leurs actions et animations autour du livre et de la lecture.

Les commentaires sont fermés.