« L’Enfant d’Eléphant » de Yann Dégruel

Par défaut

L’Enfant d’Eléphantinteressant

Yann Dégruel, d’après Rudyard Kipling

Editions Delcourt jeunesse

« Imagine-toi qu’au temps jadis, l’éléphant n’avait pas de trompe. Il n’avait qu’un nez noiraud, courtaud, gros comme une botte… Or il y avait un Enfant d’Eléphant plein d’une insatiable curiosité. »

Fidèle au texte tiré du recueil  Histoires comme ça  de Rudyard Kipling, voilà une adaptation bienvenue dans la bande dessinée.

Yann Dégruel nous avait déjà convaincus de son talent de graphiste et de coloriste dans l’excellente série Genz Gys Khan (six volumes chez Delcourt, adorables petits format à l’italienne, trésor de drôlerie et de créativité) ainsi que son adaptation d’Hector Malot, Sans famille (six volumes, toujours chez le même éditeur).  Destiné à de plus jeunes enfants, ce petit album au joli format carré est une belle réussite du coté de l’image. Les vignettes sont réalisées aux pastels gras sur papier bistre, dans une gamme de couleurs chaudes jouant habilement des bleus et de leurs complémentaires. Le découpage, bien équilibré et souvent inventif, permet une lecture facile des dessins.

Extrêmement touchant, ce petit éléphant a un registre d’expressions tellement variées et convaincantes que chaque enfant pourra s’identifier immédiatement. Mais tous les autres animaux, et tout particulièrement le serpent et le crocodile, sont également caractérisés. Rassemblant ces trois personnages, la double page décrivant la scène qui vaudra sa trompe à notre jeune aventurier est une des plus réussies : mouvement, tension, expressions, découpage, tout se conjugue à merveille pour lui donner suspense et intensité dramatique.

Malheureusement, l’ajout du texte surcharge les planches et se plaque sur les dessins sans aucun respect. Il est vraiment regrettable que pavés de textes et bulles se détachent sur de trop grandes plages blanches qui nuisent à l’harmonie des couleurs. De même, la typographie trop rigide et trop grasse s’impose au point de concurrencer l’image.

Malgré cette réticence, pour la poésie de ce classique indémodable et la richesse de son illustration, cet album est à mettre d’urgence dans les petites mains des bédéphiles en herbe.

 Marie H.

Publicités

À propos de Lj83

Lecture jeunesse 83, le blog des bibliothécaires jeunesse du Var. Leurs coups de coeur, leurs actions et animations autour du livre et de la lecture.

Les commentaires sont fermés.