« Les oiseaux » de Germano Zullo & Albertine

Par défaut

Les oiseaux

Germano Zullo & Albertine

Editions La Joie de lire

Une grande étendue de sable jaune, un ruban de ciel bleu, une route qui vient de l’horizon. Une camionnette rouge approche, s’arrête au bord d’une falaise, un homme en descend, ouvre la portière arrière et une multitude d’oiseaux s’en envolent. Dans le bleu du ciel, devenu immense, des couleurs éclatantes que l’homme regarde s’éloigner. Mais un tout petit oiseau noir reste prostré dans le véhicule.

L’homme prend alors le temps de le mettre en confiance, de lui montrer, maladroitement, les gestes qu’il doit faire, et le persuade enfin de rejoindre ses congénères. L’histoire pourrait s’arrêter là et si l’on prend le temps de regarder cet homme remonter dans son petit camion rouge et repartir sur la route serpentant dans le désert, loin vers l’horizon bleu, en symétrie aux pages d’ouverture de l’album, c’est qu’elle nous réserve une bien jolie surprise finale.

Cet album est aussi riche de couleurs, franches et généreuses, que de tendresse et de poésie. Les illustrations sont délicates sans aucune niaiserie. Elles fonctionnent parfaitement sans texte et celui qui court en bas de page dans la marge, loin de toute redondance, fait contrepoint à cette petite histoire toute simple de rencontre, d’entraide et de partage, en évoquant de façon lapidaire et sensible les petits riens qui rendent la vie plus belle.

Un bijou de délicatesse et d’intelligence, un de ces trop rares albums qui parient sur la faculté de regarder et de réfléchir des très jeunes enfants.

Marie H.

Publicités