« Lâcher sa main »de Séverine Vidal

Par défaut

Lâcher sa main

Séverine Vidal

Illustration de couverture, Sandrine Kao

Ed Grasset, coll Lampe de poche, Février 2011.

En préambule, Fleur, une jeune lycéenne, est en bâteau avec des copains. Elle regarde son reflet dans l’eau, elle est partie « pour mettre un peu d’ordre« . Dès le premier chapitre, elle nous dévoile la maladie mentale de sa mère. Sa mère est « folle » mais « pas à lier« .  Fleur accepte la folie de sa mère, une folie douce, une folie liberté.

Une fois la situation posée, le roman commence. Séverine Vidal propose au lecteur des chapitres courts, un va-et-vient permanent entre le récit de l’aventure en mer de Fleur et ses copains sur le « Tony Truand » et les moments intimes, présents et passés entre Fleur et sa mère Fran. Ces moments sont présentés de façon tendre et nostalgique. Ils apparaissent avant certains chapitres. Ils sont titrés en italique. Des titres parfois surprenant comme : « Partir à dos de crabe« , « Relever sa jupe et pisser » etc. En corrélation avec la folie douce de Fran et sa perception des choses qui l’entourent.

Et puis il y a le voyage. Nous allons voyager avec Fleur, un demi tour du monde en bâteau, un voyage de neuf mois. 9 mois, un symbole ! Un voyage pour mieux se connaître, pour faire le point, pour grandir, pour « Lâcher sa main« .

Le style de Séverine Vidal est clair, limpide, rempli de poésie. L’auteure nous livre un roman court, compact et pose une multitude de thèmes et sujets à développer. Un très beau roman initiatique.

Le roman de Séverine Vidal, aux éditions Grasset, sort aujourd’hui en librairie, précipitez-vous !! Elle vous propose également un jeu-concours sur son blog !!!

Thierry B.

Advertisements