Enfance Majuscule lance une collection

Par défaut

L’Association Enfance Majuscule lance une collection de livres de jeunesse : Le hibou à rayure. 4 titres écrits par Patricia Chalon et illustrés par Alice Faroux.

Kapik a perdu son doudou

Kapik est triste car il a perdu son doudou. Il ne peut vivre sans lui. Il se met à sa recherche. Dans sa quête il rencontre plusieurs personnages qui vont l’aider à surmonter ses peurs et ses angoisses face à la perte de son doudou. Cet album est construit comme  un conte de randonnée, mais de façon beaucoup plus réaliste. Conseils de sa grand-mère, de son ami, anecdotes du facteur… Kapik retrouvera-t-il son doudou ?

 Noucha la colère

Noucha la petite lionne est en colère. Elle ne trouve pas la cause de sa colère. Elle ne peut mettre de mots dessus, alors elle va les chercher là où ils se trouvent; dans le dictionnaire. Puis elle croise Méo et rencontre l’amour. Elle ne peut mettre de mots sur ce sentiment étrange, et pourtant cela ne la met pas en colère !!

 

Toula une histoire d’adoption

 C’est l’histoire d’une chatte, enceinte, qui ne veut pas garder son chaton. Un couple de chat désire un chaton, alors la vieille chatte va mettre en relation cette chatte seule et ce couple sans enfants. Toula la petite chatte qui naîtra, se pose beaucoup de questions sur ses parents (d’adoption), sur son passé etc. En grandissant ses questions lui font mal, elle est en colère, elle voudrait savoir….

 

 

Chatounu le chat sans poil

 Chatounu est différent, il n’a pas de poil. Dans sa famille il est le seul. Ces camarades, les autres ne sont pas comme lui. Seul, il parcours la forêt. Il rencontre des animaux qui parlent de leurs différences. Il les invite à une fête qui sera pour lui, une révélation.

 

 Les textes sont clairs, ils sont écrits pour les adultes dans un langage « très » thérapeuthique. Le propos ne correspond pas forcémment à la tranche d’âge visée, même quand le texte est accompagné par un adulte. Le plus difficile est sans aucun doute « Toula une histoire d’adoption ». Ces textes sont écrits pour un problème donné et ne participent pas à l’universalité du récit. Les réponses paraissent faites à l’avance. Le jeune lecteur aura beaucoup de difficulté à s’approprier les histoires si le problème évoqué ne le concerne pas directement. C’est ce que l’on appelle dans le jargon des bibliothécaires, « des livres médicaments ».

Les illustrations sont colorées, elles renforcent le propos. Un petit coup de coeur pour celles de  Noucha la colère. Une très belle double-page couleur feu, tout en ombres, transparences et superpositions. A noter : tous les albums ont des pages de garde différentes en accord avec la tonalité de l’album.

Thierry B.

Publicités

Les commentaires sont fermés.