« Personne n’est parfait » de Patrick Mosconi

Par défaut

Personne n’est parfait

Patrick Mosconi

éd. Syros, mars 2010, coll. Rat noir

Damien est amoureux. Il est amoureux de Djamila qu’il connaît depuis longtemps, mais il vient de se rendre compte «qu’elle est devenue autre chose que [son] meilleur pote… » Tout irait pour le mieux, en somme : une belle histoire d’amour qui commence. Mais à l’annonce de cette nouvelle, son père réagit violemment et même de manière insultante envers sa petite amie : « Tu sais, moi, les Arabes, je les aime beaucoup à la télé, surtout dans un match de foot de l’équipe de France, mais pas trop chez moi. » Quant à sa mère, elle semble bizarrement mal à l’aise, en tout cas elle ne réagit pas aux propos racistes de son mari. Damien tombe des nues : ses parents l’ont toujours élevé dans un esprit de tolérance et d’anti-racisme.

A la suite d’une violente dispute, son père sort dans la rue et est renversé par une voiture : le voilà à l’hôpital, dans un coma dont les médecins ne savent pas quand il en sortira, s’il en sort un jour. Damien, bien sûr, se sent coupable, mais il sent bien aussi que tous ces événements, cette réaction inattendue de ses parents, et surtout de son père, cachent quelque chose : un secret lié à l’histoire intime de ses parents, avant sa naissance. Il fera un voyage à la recherche de la vérité, un voyage qui a des allures de voyage initiatique puisqu’il en reviendra grandi. Et puis tout se termine bien dans un happy end un peu fabriqué puisque son père, en sortant du coma, est revenu à de meilleurs sentiments.

Ce petit roman au rythme vif tient le lecteur en haleine jusqu’au bout : on découvre les choses au fur et à mesure que Damien les découvre lui-même. C’est lui qui raconte cette histoire, son histoire, avec ses mots et sa manière de s’exprimer typiques de son âge, ce qui donne au récit une impression de vérité.

Cependant, on peut regretter que, comme souvent dans les romans pour adolescents, les jeunes semblent plus matures que les adultes : c’est Damien qui fait des leçons à son père, qui, lui, a des réactions très puériles. Ceci dit, c’est un roman où on ne s’ennuie pas, car il y a un vrai suspense jusqu’à la fin.

Judith O.

Publicités

À propos de Lj83

Lecture jeunesse 83, le blog des bibliothécaires jeunesse du Var. Leurs coups de coeur, leurs actions et animations autour du livre et de la lecture.

Les commentaires sont fermés.