« Souviens-toi de la lune » de Stéphane Servant

Par défaut

Souviens-toi de la lune

Stéphane Servant

Ed du Rouergue, collection DoAdo

David vit à Carrefour dans un mobil-home avec son père handicapé. Carrefour, un trou paumé des Etats-Unis, où il vit au côté de personnes isolés, dans la détresse morale et financière. Johnson, le chasseur d’alligator, toujours à la recherche de rares touristes à promener dans les derniers méandres du Mississipi. Rosalie la vieille femme, qui a élevé seule sa fille. Cette fille décédée dans un accident de voiture lui a laissé deux petits-fils, Martin et Paul. Paul le meilleur ami de David avec qui il « zone » régulièrement dans leur refuge, le navire, un vieux bateau sur cale. Dans ce coin perdu où les gens tentent de survivre, David s’isole dans son monde. Il fréquente le lycée avec assiduité. Il lit, se rend régulièrement à la bibliothèque et écrit. Des écrits que peu de personnes de son entourage ne connaissent et surtout pas son père. Celui-ci voit d’ailleurs d’un très mauvais œil la réussite scolaire de son fils dans les matières littéraires et ne comprends pas son peu d’appétence pour la mécanique et les autres matières manuelles.

Au lycée deux faits distincts vont créer l’évènement dans la narration. La disparition d’un élève qui semble liée à d’autres disparitions dans la région et l’invitation d’un auteur par la professeure de Lettres de David. Lors de la rencontre avec l’auteur, David, encouragé par Paul, présente à Monsieur Lebreton ses écrits. La réaction de ce dernier est violente et sans appel. L’écriture de David est nulle et il ne sera jamais un grand écrivain. Un rencontre choc, point de rupture du récit dans le roman.

Le roman bascule à partir de cet épisode dans le fantastique. Le personnage de David devient double. Son double lui apparaît sous la forme d’une bête étrange. Cette créature lui parle, agit à sa place, tient sa main qui tient « la plume ». Elle préfigure l’inspiration, les tourments, les peurs de l’auteur. David et « sa bête » arriveront-ils à continuer et finir le roman critiqué négativement par Monsieur Lebreton ? Arriveront-ils à retrouver le camarade disparu ?

Comme dans son roman précédent, Stéphane Servant nous propose des personnages de garçons adolescents révoltés, angoissés et confrontés à la réalité de leur milieu. De nouveau il est question de fuite en avant, le tout, magnifiquement traduit par une écriture très cinématographique.

Thierry B.

Publicités

Les commentaires sont fermés.