« Biture express » de Florence Aubry

Par défaut

Biture express

Florence Aubry

Ed Mijade, juin 2010

Sarah se réveille un matin à moitié nue, les jambes et le sexe à l’air en dehors de sa tente, et elle ne se souvient plus de sa soirée de la veille. Entre brouillard de lendemain de cuite et angoisse dûe à cette posture étrange, elle se demande s’il est possible qu’on ait abusé d’elle sans qu’elle s’en rende compte.

Depuis toujours sa famille passe tous les mois de juillet au camping « La Kabylie » dans le sud de la France, comme pratiquement toutes les familles de ce camping et des campings environnants : tout le monde se connaît et les enfants ont grandit ensemble chaque été. Sa famille, c’est ses parents, elle, et sa petite soeur, Gaby, de 2 ans sa cadette.

Mais maintenant, Sarah a 15 ans. Et son mois de juillet se résume à des soirées bien arrosées avec sa bande de copains – pas de fête sans alcool -, et des journées sur la plage en plein soleil à cuver l’alcool ingurgité la veille. Sarah aime boire, elle aime avoir la tête qui tourne et ce sentiment de ne plus savoir ce qu’elle fait. Mais quand elle ne sait plus ce qu’elle fait, elle fait vraiment n’importe quoi, quitte se mettre en danger sans s’en rendre compte…

Gaby voit tout, mais ne dit rien – n’en pense pas moins -, cache ce qu’elle peut aux parents. De même que Lucas, un copain du camping, qui, lui, ne boit jamais une goutte d’alcool, et veille sur les autres, surtout sur Sarah.

Et puis, il y a ce mystère qui tient en haleine le lecteur jusqu’au bout : que s’est-il réellement passé cette nuit où Sarah ne se souvient de rien, et à la suite de laquelle elle s’est réveillée à moitié nue, à la vue de tous ?

Sarah a de la chance d’être si bien entourée, même si on peut regretter que les personnages adultes soient si absents de cette histoire d’adolescents : leurs parents ne voient rien, ne se préoccupent de rien concernant leurs enfants, ou sont « à côté de la plaque » car gobent tous les mensonges. Ils sont en vacances.

Dans ce récit à la première personne, les voix des deux soeurs alternent, marquant des points de vue différents sur l’histoire : Sarah ne voit que la fête, même si un certain malaise s’installe au fil des pages depuis ce fameux réveil ; Gaby nettoie les traces de vomissures en cachette et s’inquiète en silence pour sa soeur. A travers cette histoire, c’est aussi cet âge sensible, qui change les relations et les façons de voir l’autre, qui nous est décrit. Le langage est cru, et l’auteur ne cache rien de la réalité des situations dûes à l’alcoolisation rapide, ni des pensées des deux personnages principaux.

Judith O.

Publicités

  1. Bonjour ; J’ai beaucoup aimer ce livre ; Il convient parfaitement aux adolescents. Moi qui habituellement ne lis pas j’ai lu ce livre en une semaine 5 min par jours :). C’est un bon livre ..

  2. un livre marquant. Dommage que ce soit dans le cadre des « vacances », car Biture express, dès la 1ère, c’est chaque week-end très souvent…