« Laisse brûler » d’Antoine Dole

Par défaut

Laisse brûler

Antoine Dole

Ed Sarbacane, coll EXprim’, 2010

Laisse brûler d’Antoine Dole : un triangle noir formé de trois destins croisés, trois solitudes qui s’entrechoquent, s’embrasent et brûlent… trois voix, trois narrateurs : Noah, jeune étudiant anéanti par un certain Julien, Maxime amoureux de Noah, et Julien animateur télé mêlé  de force à ces deux destins… Un roman sur la misère sexuelle, le sexe facile, sans lendemain, sur l’autodestruction…Laisse brûler c’est une écriture pleine de rage, de violence mais ô combien sublime, poétique…jamais vulgaire.

«  Vingt minutes de ma vie qui se distinguent sur l’empreinte digitale de mon âme mais que je refuse de voir. Ca reste comme impossible à rendre réel. Pourtant c’était hier, comme aujourd’hui, comme si rien depuis six ans n’avait pu exister que cette ombre-là, démesurée et grande. Avec l’instinct de la cage. Depuis ce court moment, je ne suis fait que de cadenas et de points d’ancrage. Prendre le cœur et y visser le malaise, puis avec la colère enfoncer quelques clous. Et plus le résultat est branlant, plus c’est réussi : c’est ça la vraie peine, instable, rien ne tient dessus.  Faut voir comme c’est facile pour lui, de t’infliger, t’asséner la sale vérité de crevard dans laquelle il étouffe, d’en devenir tout puissant. Sans que t’aies rien demandé, il te vomit tout ce qu’il peut dans l’âme, se décharge de cette gangrène horrible qu’il ne parvient pas à souffrir seul. Comme un tatouage qu’il te dessine sur le front, une large balafre en travers du visage avec laquelle faudra que tu vives. Et il s’en fout au fond, ta croix, plus la sienne ; Pour lui, ce qui se passe est suffisamment irréel pour ne pas être grave, il n’y croit même pas vraiment. »

Laurence L.

autre analyse :

Antoine Dole nous livre 3 portraits, 3 hommes : Noah, Julien et Maxime. Noah est l’étudiant qui se gave de médicaments, s’invente une rupture amoureuse pour cacher (à lui-même et aux autres) le terrible secret du viol qu’il a subit. Il multiplie les conquêtes et les aventures d’un soir pour tenter d’oublier. Maxime est le scénariste raté qui n’arrive pas à aligner 2 lignes de scénario. Il est amoureux de Noah qui vient de rompre avec lui. Sa motivation est de venger Noah de celui qui l’a largué. Julien est le présentateur vedette d’une chaîne de la TNT qui se retrouve, bien malgré lui, au cœur de l’histoire.

Antoine Dole joue sur les sentiments exprimés et les non-dits. Il utilise le vocabulaire du feu (Eclosion, combustion, brasier, extinction etc.). Les personnages se consument, se brûlent, attisent les regards, les passions, la haine etc. L’auteur par une écriture remarquable, soignée emmène le lecteur du premier aux derniers mots sur ces 3 parcours croisés, ponctués de noirceur et de tendresse. Il décrit une misère sexuelle, le sexe facile, sans lendemain, l’autodestruction… Nous sommes face à ce roman, comme devant un brasier, attirés par le spectacle des flammes tout en sachant que la puissance du feu peut nous brûler, nous détruire. Nous avons tous, au plus profond de nous même, une flamme qui brûle, nous dévore, nous consume. Cette flamme c’est également le moteur de notre vie, alors….. LAISSE BRÛLER !

Thierry B.

Publicités