Christian Bruel et les éditions Être

Par défaut

Christian Bruel et les éditions Être

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 
 
 
 
 

 

Au mois de mai, par cette lettre, Christian Bruel annonce publiquement l’arrêt des éditions Être. En soutien à Christian Bruel, à son travail éditorial, nous avons décidé d’écrire un billet et de mettre en valeur, comme nous l’avons toujours fait, les ouvrages des ces éditions, reflet de son travail.

« Invité à débattre sur le thème « Résister, à quel prix ? » lors de la journée professionnelle organisée le 7 mai 2010 par la Fête du Livre de Villeurbanne, j’ai d’emblée, à la demande de Gérard Picot qui venait de l’apprendre, annoncé publiquement l’arrêt prochain des éditions Être. Éditer depuis plus de trente-cinq ans, sans capital, des albums jeunesse singuliers plutôt exigeants a toujours relevé de l’aventure. Et sans le soutien attentif de nombre des partenaires de la chaîne du livre, les lois du marché auraient eu raison plus tôt de cet équilibrisme. En des temps qui ne sont faciles que pour quelques nantis, qu’un léger fléchissement de la vigilance professionnelle puisse nous être fatal a pourtant suscité l’émotion. J’ai été très touché, sur place et depuis, par les nombreux encouragements à tenir et par l’engagement de ceux qui ne pouvaient se résoudre à ce que la présence de nos livres dans le paysage éditorial aux côtés des lecteurs jeunes et moins jeunes, ne soit pas assurée. Que faire ? Je ne peux que vous inciter, les uns et les autres, à vous précipiter dans vos librairies préférées pour vous procurer les albums d’Être éditions pendant qu’il en est encore temps. Si une vague d’achats ne garantit peut-être pas la poursuite de l’activité, elle assurera un destin à des livres qui considèrent les enfants comme des lecteurs à part entière méritant des points de vue non altérés sur le monde. Qu’ils puissent encore, ces albums, susciter de libres interprétations et la résistance à l’ordre des choses, je nous le souhaite. Et nous le devons aussi aux créateurs qui ont partagé le risque de ces aventures littéraires et humaines. « Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience » écrit René Char. Merci pour votre soutien. »

Christian Bruel, 10 mai 2010.

Christian Bruel

est né à Paris en avril 1948. Il a suivi des études supérieures, puis fut, à partir de 1975, directeur des éditions Le Sourire qui mord. Il est aussi formateur sur la littérature. Ecrivain et concepteur d’albums, responsable des éditions Être, depuis 1997. Il collabore de manière privilégiée avec des illustrateurs comme Anne Bozellec, Nicole Claveloux ou Bernard Bonhomme. Il a publié des ouvrages sur les illustrateurs Nicole Claveloux et Anthony Browne. Christian Bruel crée les éditions Le Sourire qui mord ensuite reprises par les éditions Gallimard. Le Sourire qui mord s’inscrit dans un contexte de rénovation profonde touchant le livre pour enfants. Ici, l’album ne représente pas un simple moyen de communication et de diffusion en vue de faire passer des revendications ou une quelconque lutte – aussi importante soit-elle. Il s’agit véritablement de repenser le livre pour enfant en même temps que le statut de ce public particulier, afin d’en transformer durablement les conceptions et objectifs. Dans cette optique, les éditions Le Sourire qui mord s’affirment comme les héritières de l’avant-garde se propageant à partir des années 1950-60. Elles découlent particulièrement des innovations et du renouvellement instaurés par François Ruy-Vidal. Christian Bruel souhaite insuffler, à l’image de ce dernier, une nouvelle dynamique aux albums pour enfants pour qu’ils deviennent réellement un appui dans la construction psychique et le développement réflexif de ceux-ci. La qualité et l’ouverture sur le monde sont les maîtres mots, amenant parfois un certain caractère subversif et provocateur. Pour comprendre le rapport qu’entretient la littérature enfantine avec la société, Christian Bruel et le collectif Pour un autre merveilleux entreprend, dans les années 70, d’étudier son contenu, notamment la façon dont elle aborde les thèmes contemporains tels les statuts de la femme et de l’enfant, les représentations du monde du travail et des relations sociales entre individus. Cela aboutit finalement à l’élaboration d’un premier album, Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon, par Christian Bruel et deux figures importantes des futures éditions Le Sourire qui mord, l’auteur-illustrateur Anne Bozellec et l’illustratrice Anne Galland, entre 1975 et 1976.

Malgré le succès des albums des éditions Le Sourire qui mord, et la politique éditoriale innovante vis-à-vis de l’enfant, Christian Bruel finit par déposer le bilan en 1996, payant ainsi le prix de son refus de se soumettre aux lois du marché. Il fonde dès l’année suivante une nouvelle maison d’édition, Être.

Les éditions Être

 Maison d’édition fondée en décembre 1997, et présenté pour la première fois au Salon du Livre de Montreuil, Christian Bruel crée encore l’événement avec les éditions Être. Comme au « Sourire qui mord », l’éditeur a la même insolence et la même curiosité. Il publie essentiellement des albums : des traductions, des rééditions issues du catalogue  » le sourire qui mord », des inédits ou des productions propres d’auteurs français, anglais, allemands, belges encore néerlandais. Citons Ingrid Godon, Wolf Erlbruch, Hermann Schulz, Wiebke Oeser, André Sollie, Nadia Budde, Karl Philipp Moritz, Gerda Dendooven, Nicole Claveloux, Bernard Bonhomme, Katy Couprie, Plusieurs de leurs titres ont reçu des prix. Citons « La Grande question » de Wolf Erlbruch, qui a remporté en 2004 le Grand Prix Fiction de la Foire internationale de jeunesse à Bologne.

Leurs collections :

La Grande Collection une collection d’albums en couleur de grande qualité réalisés par de grands noms de la littérature de jeunesse, la plupart sont des traductions.
La collection Boîtazoutils est une collection d’ouvrages d’analyse sur différents auteurs pour la jeunesse tel que Claude Ponti, Anthony Browne ou encore Pierre-Jean Carrère
Dans la collection alter ego, des albums à destination des enfants de 0 à 4 ans, on trouve une série d’albums pour apprendre à grandir signés Nicole Claveloux et Christian Bruel.
La Collection petit format, une collection de petits albums parfois en noir et blanc et aussi en couleurs, rassemble quelques titres originaux et humoristiques de Nicole Claveloux, un album minimaliste « Pas facile l’amitié » de Christian Bruel illustré par Ingri Egeberg et  « Précautions d’usage » de Charles Brutini et Philippe Weisbecker. 
La collection vis-à-vis proposent des livres-jeux, présentés en deux livrets autonomes juxtaposés.
Dans la collection à l’envers des feuilles, on retrouve deux grands succès d’Anne Bozellec sur des textes de Christian Bruel : » Ce que mangent les maîtresses » et  » Les chatouilles » et « L’autre moitié » de John Coven.

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.