Archives de Catégorie: Romans jeunesse

« Prune 100% bio » de Séverine Vidal et Kris di Giacomo

Par défaut

Prune 100% bio, tome 6

Prune bioSéverine Vidal, illustrations de Kris di Giacomo

Ed Frimousse, 2014

Si vous ne connaissez pas Prune, l’héroïne de Séverine Vidal précipitez-vous sur les tomes précédents : « Prune, la grosse rumeur« , « Prune, le fils de la nouvelle fiancée de papa« , « Prune et la colo d’enfer« … Dans le tome 6, nous retrouvons Prune candidate à l’élection des délégués de classe. Face à elle, Barbara veut interdire les couleurs moches et les gens qui font du bruit en mâchant. Prune se lance dans une campagne 100% bio, très écologique, avec le concours de sa bande. Tout un programme électoral décliné en slogans, tracts et affiches… comme les grands. Le grand jour approche, Prune a un trac fou, va-t-elle réussir à battre son adversaire ?

Une aventure citoyenne pleine d’humour, de bonne humeur et d’idée 100% bio

Thierry B.

« Le signe de Dédale » de Florence Bremier

Par défaut
Le signe de dedaleLe signe de Dédale
Florence Bremier
Sélectionné pour le prix du polar 2014 à Marseille
Athènes, 438 avant J. C. un adolescent, Nikolidès enquête : son maître d’apprentissage, le potier Marcidon a disparu, son atelier a été dévasté… Nikolidès, très débrouillard, aidé de sa courageuse amie Graséis retrouvent les débris d’une antique poterie appartenant à Dédale qui les met sur la piste d’un trésor…
Un roman policier haletant qui intègre avec brio l’antiquité, c’est si passionnant qu’on oublie qu’on apprend beaucoup sur la vie à Athènes !

« L’étrangleur est de retour » de Sandrine Beau

Par défaut

etrangleurestderetourL’étrangleur est de retour

Sandrine Beau

Ed Oskar, 2014

Rappelez-vous, « L’étrangleur du 15 août« , ce roman policier palpitant et captivant. L’étrangleur avait été arrêté. Aujourd’hui, « L’étrangleur est de retour » ! L’étrangleur, alias Maxime Bourdieu, s’est évadé los d’un transfert de la prison. Le lieutenant Lebarre est venu leur annoncer en personne. Pour protéger Thomas et sa mère Juliette, la police décide de les envoyer chez la grand-mère. L’histoire pourrait s’arrêter là, mais Sandrine Beau écrit des polars, des vrais. Des récits qui font peur, où le suspense est haletant et la tension monte crescendo. Alors…rebondissement. Le  récit s’accélère, la mère repasse à l’appartement, la porte n’est pas verrouillée. Elle ne réapparaît pas chez la grand-mère. Thomas va donc mener l’enquête en compagnie de son copain Momo …… Réussira-t-il à retrouver sa mère ? Avec l’aide du lieutenant ou non ?

Un tueur, des menaces, du danger… Tous les ingrédients du polar sont réunis. De bons ingrédients ne suffisent pas, Sandrine les cuisine à merveille et le plat est savoureux, bravo !

Thierry B.

« La drôle d’évasion » de Séverine Vidal

Par défaut

droleevasionLa drôle d’évasion

Séverine Vidal, illustrations de Marion Puech

Ed Sarbacane, collection Pépix

L’histoire se passe à San Francisco, dans la prison d’Alcatraz. Vous savez ? Non, enfin…si… après vous être renseigner. La célèbre prison dont personne ne s’est jamais évadé. Personne, sauf peut-être les trois célèbres « évadés d’Alcatraz ». Zach va visiter Alcatraz avec son père. Zach est documenté, il connaît la prison par cœur. Il a fait des recherches sur les « évadés d’Alcatraz », il vit avec eux, il s’est nourri d’anecdotes. Zach a donc décidé d’échapper à la surveillance de son père et des employés pendant la visite, pour tenter l’expérience : il va s’évader d’Alcatraz de la même manière que les trois personnages qu’il a étudié et son plan va fonctionner.

Quelle aventure, ce roman. Suspense, rebondissement, effets spéciaux, Séverine Vidal sort le grand jeu. Le récit oscille entre fait historique, fiction et science-fiction. A un rythme effréné le lecteur va parcourir les 150 pages. L’œil est attiré, je pourrais dire distrait, par les illustrations de Marion Puech, la typographie, les plans, les cartes car comme le veut Tibo Bérard (directeur de la collection) des « bonus » s’intercalent entre les chapitres.

Evadez-vous avec Zach, John, Clarence et les autres… !!!

Laissez vous surprendre par les titres déjà parus de la collection Pépix des éditions Sarbacane, comme « L’ogre au pull vert moutarde » de Marion Brunet.

Thierry B.

« Dino » d’Ingrid Chabbert, Anne Loyer et Estelle Billon Spagnol

Par défaut

dinoDino

Anne Loyer, Ingrid Chabbert, illustrations d’Estelle Billon Spagnol

Ed Frimousse, 2014

Pour bien commencer le mois de septembre et reprendre une activité en douceur sur le blog, un  roman mettant en scène un dinosaure et des enfants. Que se passe-t-il quand deux frères reviennent du square en chevauchant un dinosaure ? Ami imaginaire qu’il faut cacher dans sa chambre. Un jour il tombe amoureux de sa voisine « dinosaure » hébergée par deux petites filles. Ensemble, les quatre enfants décident de raccompagner les deux dinos dans un champs…. A suivre….

Un roman court, divertissant, bien écrit, à la portée des plus jeunes lecteurs. Rafraichissant !

Thierry B.

« Le mystère du majordome » de Norma Huidobro

Par défaut

mystere-du-majordomeLe mystère du majordome

Norma Huidobro

École des Loisirs, 2013

Les patrons de sa grand-tante, gouvernante, étant absents, le jeune Tomas a la chance de passer quelques jours dans leur maison qu’il appelle le « palais ». C’est le rêve : piscine, bons petits plats, grandes pièces dans lesquelles jouer, le début du séjour de Tomas ne pourrait pas mieux se passer. Mais voilà qu’il entend des bruits étranges la nuit, juste au-dessus de sa chambre. Pire encore : les bons en-cas préparés par la cuisinière disparaissent sans explication. Et puis, qu’est devenu l’ancien majordome dont Tomas se souvient si bien alors que tout le personnel de la maison s’acharne à prétendre qu’il n’a jamais existé ?

Tomas, aidé de Camila, la petite fille de la cuisinière, va mener l’enquête.

Ce court roman policier argentin plein de suspens et de mystère est agréable à suivre et chose à noter, il met l’eau à la bouche : Norma Huidobro a l’art de décrire les gourmandises dégustées par son héros. Pas étonnant que la disparition de ces bonnes choses le pousse à enquêter, c’est un crime que des plats aussi appétissants se volatilisent !

Marie N.

« Adam et Thomas » d’Aharon Appelfeld

Par défaut

adam et thomasAdam et Thomas

Aharon Appelfeld, traduction de Valérie Zenatti, illustrations de Philippe Dumas

Ecole des loisirs, 2014

La mère d’Adam le conduit dans la forêt pour le protéger des rafles. Elle lui demande de rester dans la forêt, elle viendra le chercher à la fin de la journée. La journée passe, sa mère ne vient pas le chercher. Adam passe la nuit seul dans la forêt. Il reste seul les jours suivants, alors il s’organise. Il se construit un abri, parcourt la forêt à la recherche de nourriture, il rencontre des animaux, se lie d’affection pour un chien errant… Ainsi se construit le récit comme une « robinsonnade ». Un jour, il rencontre Thomas, un jeune garçon que sa mère a caché dans la forêt. A deux, ils sont plus fort, ils s’encouragent. Ils vont devoir subir la rudesse du climat : la pluie, le vent, la neige, le froid. Les mères ne reviennent toujours pas, ils assurent le quotidien avec la complicité d’une camarade de classe qui laisse de la nourriture en lisière de forêt. Et puis ils sauvent, soignent et cachent un homme blessé qui avait trouvé refuge dans la forêt. Enfin arrive le dénouement, paisible, sobre, heureux.

Aharon Appelfeld nous livre son premier roman pour la jeunesse. Sur fond historique de guerre et de rafle des juifs, l’auteur soulève les questions suivantes : « Qu’est ce que le courage ? », « D’où vient la haine ? », « Qu’est ce que l’amour ? ». Cette robinsonnade est parfaitement adaptée aux jeunes lecteurs, agrémentée des illustrations pastels de Philippe Dumas. Comme dans les albums, elles renforcent et complète le récit. Le roman inspiré de la vie de l’auteur est bien écrit et merveilleusement traduit par Valérie Zenatti.

Retrouvez l’entretien avec Aharon Appelfeld sur le site de l’Ecole des loisirs. Un roman à lire et faire lire absolument !

Thierry B.